Archives par mot-clé : Dispersion

Bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère de la Sainte-Trinité (Ἁγία Τριάς) sur l’île de Chalki dans la mer de Marmara (aujourd’hui Heybeli Ada), l’une des Îles des Princes, à quelques kilomètres au sud-est d’Istanbul1, est connu pour la première fois par une dédicace portée en 1063 dans un évangéliaire offert au monastère par Catherine de Bulgarie, épouse d’Isaac Ier Comnène2.



Il n’apparaît cependant clairement dans l’histoire qu’à partir de la seconde moitié du 16e siècle et de sa refondation par le futur patriarche Métrophane III. Ce dernier constitua en particulier une bibliothèque pour le monastère, qui est connue par plusieurs sources, en particulier les notes portées sur les manuscrits, et qui jouit pendant une longue période d’une célébrité certaine.

La bibliothèque de la Sainte-Trinité de Chalki

Le monastère aurait été refondé au plus tard en 1540 par Métrophane, qui en est alors l’higoumène ; la date se déduit du colophon du manuscrit Hagia Trias 60 (f. 210), copié par le diacre Sophrone en 1540 au monastère et qui fait mention de l’higoumène et commanditaire. La bibliothèque a dû se développer dans ce sillage et s’accroître au peu à peu ; le manuscrit Hagia Trias 10 (Évangéliaire) est ainsi offert au monastère par Métrophane en décembre 1571, alors qu’il est patriarche, comme l’atteste une note de donation au f. 288v. En 1568-1569, l’Hagia Trias 16 (Praxapostolos) est offert par un certain Apostolos, de Pruse (Bursa), et l’Hagia Trias 3 (Évangéliaire, aujourd’hui absent de la bibliothèque), avait été offert en décembre 1569 par Joasaph, métropolite de Thessalonique, à l’occasion du passage du patriarche dans sa ville. Si tel ou tel codex a sûrement été copié sur place, comme l’attestent les colophons de l’Hagia Trias 60 et, à une date un peu plus tardive, de l’actuel Moskva, Gosudarstvennyj Istoričeskij Musej (GIM), Sinod. gr. 291 (Vlad. 237), copié en 1607 par le hiéromoine Hilarion (Grégoire Palamas), le nombre des manuscrits du 16e s. présents dans la bibliothèque est relativement restreint ; il est toutefois notable qu’il s’agit principalement de manuscrits liturgiques. Cependant, des restaurations assez nombreuses ont été réalisées dans plusieurs manuscrits à cette époque.

Si les sources sur l’histoire du monastère dans les siècles suivants sont assez rares, à en croire par exemple l’étude d’Athénagoras de Paramythia, lequel avait pourtant accès aux archives du Patriarcat3, la Sainte-Trinité trouva cependant une nouvelle jeunesse avec la fondation en ses murs, en 1844, de l’École théologique, qui forma jusqu’à sa fermeture par l’État turc en 1971, le haut clergé orthodoxe du Patriarcat de Constantinople.

École théologique

On ne dispose à ce jour que d’un catalogue dû à E. Tsakopoulos (1954-1956)4, dont les descriptions sont souvent sommaires ou partielles. Un nouveau catalogage est en cours dans le cadre du projet i-Stamboul. En revanche, nombreux sont les savants à s’être penchés sur l’histoire de cette bibliothèque, car on possède sur elle des sources de renseignements assez nombreuses et diverses. En outre, plusieurs de ses manuscrits se trouvent aujourd’hui dispersés dans diverses bibliothèques partout dans le monde, en particulier à Oxford, Londres et Paris.

Sources pour l’histoire de la bibliothèque

Au mois de janvier 1572, un inventaire de la bibliothèque fut rédigé ; il nous est aujourd’hui connu par une copie qu’en a prise Stefan Gerlach (1546-1612), qui fut chapelain de l’ambassadeur du Saint-Empire à Istanbul, David von Ungnad de 1573 à 1578, copie qui fut recopiée par Martin Crusius probablement en septembre 15805.

Cet inventaire, qui donne des indications sur le contenu, la matière, le format et éventuellement la reliure des livres, est bien connu et a circulé très rapidement dans l’Europe savante, puisque Charles du Cange en fit usage dans son Glossarium ad scriptores mediae et infimae Graecitatis, publié à Lyon en 1687-1688, et Bernard de Montfaucon en fait mention dans sa Paleografia graeca parue en 1708. Le nombre exact des livres présents dans la bibliothèque est difficile à évaluer, dans la mesure où certaines entrées sont collectives ; on compte environ 130 volumes – compte non tenu des livres de musique ; une dizaine de livres sont des imprimés.

En outre, les manuscrits reçurent des notes de possession du monastère. La forme la plus ancienne est présente dans le manuscrit Hagia Trias 60, copié en 1540 au monastère par le diacre Sophronios :

ἡ βίβλος αὕτη, τῆς ἁγίας τριάδος· | τῆς κειμένης ἄντικρυ, τοῦ Αὐξεντίου·| ἐν τῆ νήσω Χάλκης τε, μονῆς ἐσώπτρου.

Note de possession du manuscrit Hagia Trias 60, f. 208v

Cependant, la forme la plus courante est formée de cinq vers politiques :

† ἡ βίβλος αὕτη πέφυκε τῆς παντουργοῦ τριάδος
τῆς ἐν τῇ νήσῳ χάλκης τε μονῆς τε τοῦ ἐσόπτρου
καὶ εἴ τις βουληθῆ ποτε ταύτην ἀποστερῆσαι,
κεχωρισμένος ἔσεται τριάδος τῆς ἁγίας
ἐν τῷ αἰώνι τούτῳ γε καὶ τῷ ἐλευσομένῳ.

Elle existe également avec une légère variante au troisième vers :

† ἡ βίβλος αὕτη πέφυκε τῆς παντουργοῦ τριάδος
τῆς ἐν τῇ νήσω χάλκης τε μονῆς τε τοῦ ἐσόπτρου
καὶ εἴ τις βουληθῆ ποτὲ λαθραίως (ou κρυφίως) ταύτην ἅραι
κεχωρισμένος ἔσεται τριάδος τῆς ἁγίας
ἐν τῷ αἰῶνι τούτῳ γε, καὶ | τῷ ἐλευσομένῳ.

Wien, ÖNB, Suppl. gr. 174, f. 30v

La note proprement dite est fréquemment suivie d’une mémoire de Métrophane, formée d’un dodécasyllabe, et qui est parfois indépendante de la note proprement dite :

† οἱ πατέρες μέμνησθε τοῦ Μητροφάνους.

Cette note célèbre, fréquemment repérée par les catalogueurs dans les manuscrits dispersés6, a été copiée par plusieurs mains dans l’ensemble des manuscrits qui la comportent encore, et non par Métrophane lui-même, comme on l’a longtemps cru. En outre, elle existe également sous de nombreuses formes dégradées, mise en prose, déparée par des fautes, le plus souvent d’origine phonétique, mais qui finissent par la rendre difficilement compréhensible. Elles n’ont sûrement pas toutes été apposées au même moment, ni par les mêmes personnes ; reste à déterminer sur pendant quel laps de temps elles ont été utilisées.

D’autres indices encore permettent d’identifier les livres qui proviennent de la bibliothèque : reliure et gardes, restaurations, annotations marginales, etc. L’ensemble de ces critères offre la possibilité de remembrer une bibliothèque aujourd’hui partiellement dispersée.

La dispersion de la bibliothèque de la Sainte-Trinité

Les manuscrits du monastère de la Sainte-Trinité, qui entrèrent ensuite dans la bibliothèque de l’École théologique en y constituant un fonds séparé, furent transférés vers 1936 au Patriarcat. Au moment du catalogage par E. Tsakopoulos, le fonds contenait 139 manuscrits, dont un slave, sur les 147 cotes qu’il comprenait à la fin du 19e s.7. ; selon le catalogage en cours, 134 manuscrits seraient actuellement en rayon. Or tous ces livres ne proviennent pas de l’époque de la refondation par Métrophane : beaucoup sont venus accroître peu à peu la bibliothèque, tandis que bien d’autres ont été dispersés. C’est que très tôt, la bibliothèque de la Sainte-Trinité a attisé l’intérêt et les convoitises des voyageurs occidentaux en quête de manuscrits. Dès l’époque du fondateur, comme le rapporte Stefan Gerlach dans son journal à la date du 24 décembre 1577, des manuscrits furent empruntés par l’ambassadeur Albert de Wyss et ne revinrent pas au monastère ; ce ne fut que le début d’une longue série d’emprunts, d’achats ou de vols, qui alimentèrent plusieurs bibliothèques européennes. Sir Thomas Roe, par exemple, ambassadeur d’Angleterre auprès de la porte à partir de 1621, acquis plusieurs manuscrits qui se trouvent aujourd’hui dans le fonds qui porte son nom à la Bodleian Library8 ; à la même époque, d’autres manuscrits furent acquis pour Thomas Howard, 2nd Earl Arundel, qui se trouvent aujourd’hui dans le fonds Arundel de la British Library de Londres.

D’autres manuscrits sont parvenus à la Bibliothèque nationale de Paris, en particulier grâce à la mission des abbés Sevin et Fourmont en 1729-1730. Quelques volumes encore se trouvent dans le fonds Reginensis de la Biblioteca Apostolica Vaticana ou dans le Supplementum graecum de l’ Österreichische Nationalbibliothek.

Le projet en cours vise non seulement à cataloguer le fonds actuel, mais aussi à reconstituer la bibliothèque en ses états successifs, et donc à identifier et décrire l’ensemble des manuscrits dispersés ; il est aussi prévu, dans la mesure du possible, de mettre en ligne des photographies de tout ou partie des volumes qui ont appartenu un jour à la bibliothèque de la Sainte-Trinité.

À suivre…

  1. Voir par exemple R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins (Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin 2), Paris, 1975, p. 72-76. []
  2. Sur ce manuscrit, dit Évangile du Phanar, voir Ch. Diehl, « L’évangéliaire de l’impératrice Catherine Comnène », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 56.4, 1922, p. 243-248. Pour les illustrations qui en ont été extraites et leur sort, voir W. M. Miliken, « Byzantine Manuscript Illumination », The Bulletin of the Cleveland Museum of Art 34, 1947, p. 50-56, et surtout J. Lowden, « Archimedes into Icon: Forging an image of Byzantium », dans Icon & Word. The Power of Images in Byzantium. Studies presented to Robin Cormack, Ashgate, 2003, p. 233-260, ici p. 245-246 ; J. Lowden, « The Strange and Eventful History of the Archimedes Palimpsest », dans R. Netz, W. Noel, N. Tchernetska, N. Wilson (éd.), The Archimedes Palimpsest, Cambridge, 2011, I, p. 97-127, ici p. 100-101. []
  3. Αἱ ἱστορικαὶ μοναὶ τῆς νήσου Χάλκης. Ἡ μονὴ τῆς ἁγίας Τρίαδος, Constantinople, 1921. []
  4. E. Tsakopoulos, Περιγραφικὸς κατάλογος τῶν χειρογράφων τῆς βιβλιοθήκης τοῦ Οίκουμενικοῦ Πατριαρχείου. Βʹ, Τμῆμα χειρογράφων Ἱ. Μονῆς Ἁγίας Τριάδος Χάλκης, Istanbul, 1956. []
  5. Tübingen, Universitätsbibliothek, Mb 37 ; description du manuscrit en ligne : www.inka.uni-tuebingen.de/hand.php (recherche par cote, pas de lien stable vers une notice déterminée). Édition : É. Legrand, « Notice biographique sur Jean et Théodose Zygomalas », dans Recueil de texte et de traductions publié par les professeurs de l’École des langues orientales vivantes à l’occasion du VIIIe congrès des orientalistes tenu à Stockholm en 1889 (Publication de l’École des langues orientales vivantes, 3e série 6), Paris, 1889, p. 67-264, ici p. 207-216. Nouvelle édition en préparation dans le cadre du projet i-Stamboul. []
  6. Voir par exemple A. Turyn, Codices Graeci Vaticani saeculis XIII et XIV scripti annorumque notis instructi (Codices e Vaticanis selecti 28), Città del Vaticano, 1964, p. 67-70 (Reg. gr. 31) ; Id., Dated Greek Manuscripts of the Thirteenth and Fourteenth Centuries in the Libraries of Great Britain (Dumbarton Oaks Studies 17), Washington, 1980, p. 23-25 (Roe 7) ; 47-56 (Roe 22) ; 74-78 (Arundel 523) ; I. Hutter, Corpus der byzantinischen Miniaturhandschriften. 1, Oxford Bodleian Library I, Stuttgart, 1977, n° 20 (Roe 28) ; n° 60 (Laud. gr. 90) ; 3, Oxford, Bodleian Library III, Stuttgart, 1982, n° 27 (Roe 23) ; n° 116 (Roe 22) ; n° 136 (Arch. Selden B 46) ; H. Hunger, Ch. Hannick, Katalog der griechischen Handschriften der Österreichischen Nationalbibliothek. 4, Supplementum graecum, Wien, 1994, p. 297-299 (Suppl. gr. 174). []
  7. Le Hagia Trias 95 n’a pas été décrit par Tsakopoulos, mais il était présent, relié avec le 103 []
  8. Une première liste avait déjà été dressée par É. Legrand, « Notice… », cité supra n. 5, p. 206. Voir aussi G. Papazoglou, Βιβλιοθῆκες στὴν Κωνσταντινούπολη τοῦ ιςʹ αἰώνα (Κώδ. Vind. hist. gr. 98), Thessaloniki, 1983, p. 218-268, dont les conclusions sont toutefois à utiliser avec précautions. []