Archives par mot-clé : copte

5e école d’été de papyrologie copte : Barcelone, 6-13 juillet 2014

La 5e école d’été de papyrologie copte s’est tenue à Barcelone du 6 au 13 juillet 2014. Co-organisée par Maria Jesús Albarrán et Anne Boud’hors, elle s’intitulait « International Seminar in Coptic Papyrology » (voir le post du 22 novembre 2013). Les institutions d’accueil étaient d’une part l’université Pompeu Fabra de Barcelone, représentée par Alberto Nodar, professeur de grec, d’autre part la collection Palau Ribes, conservée dans les archives des Jésuites.

Université PompeuFabraÀ l’université avaient lieu les cours théoriques le matin, tandis que les après-midi étaient consacrés à l’étude en direct de papyrus coptes inédits.

Conférences3. Etude_papyrus

Dix-sept étudiants ont pris part à ce « séminaire », venus de onze pays (Allemagne, Belgique, Égypte, Espagne, France, Hongrie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, USA). Une bonne connaissance du copte leur était demandée, afin de pouvoir concentrer leurs recherches sur des questions de déchiffrement et d’interprétation des documents . En fin de stage, chaque étudiant a présenté pendant une dizaine de minutes le résultat de ses travaux de la semaine.

Présentation_Sarah

Cette année encore, les efforts conjugués des étudiants et de plusieurs enseignants ont permis d’avancer assez loin dans l’édition des textes, qui seront publiés dans un volume collectif prévu pour l’été 2016.

Conférences du matin

Elles étaient destinées à présenter aux étudiants les principaux instruments de travail et les différentes catégories de textes (surtout non littéraires, c’est-à-dire juridiques, économiques, lettres), ainsi qu’à leur indiquer les grandes tendances de la recherche, ses enjeux et ses perspectives.

Montserrat_conf_S.Richter

Documents : convergence vers le site de Baouit

Les papyrus de la collection Palau Ribes, quelques centaines de pièces écrites dans des langues diverses, ont été acquis par le jésuite José O’Callaghan dans les années 1960. En ce qui concerne les papyrus coptes, la plupart sont dans un état très fragmentaire, mais beaucoup appartiennent à des catégories de documents connues. Quelques-uns avaient déjà été étudiés par M. J. Albarrán, qui avait pu les rattacher à la documentation du monastère d’Apollô à Baouit, en Moyenne-Égypte. Ce monastère, en cours de fouilles par l’Ifao et le Louvre , est l’un des plus importants d’Égypte. Son activité – surtout l’activité économique ‑ est documentée du 6e au 9e siècle, mais ses archives ont été dispersées au gré de fouilles clandestines et d’achats sur le marché des antiquités. Leur reconstruction systématique, amorcée dans les années 1990 par la papyrologue Sarah Clackson, est possible grâce à l’existence de textes et formules propres à ce monastère, au recoupement de données onomastiques, à l’histoire des collections[1].

Les papyrus étudiés lors du séminaire ont encore grossi le nombre de documents provenant de Baouit d’au moins cinq ou six. Et c’est compter sans les documents « trafiqués » (voir ci-dessous). Esther G. et Joanne S. ont ainsi découvert, sur le papyrus P. Palau Ribes 367, les traces de la signature de Kêri(akos), supérieur du monastère au 8e siècle, déjà identifiée sur plusieurs autres documents (notamment P.Palau Ribes  inv. 433). Kêri ne savait pas assez bien écrire pour rédiger lui-même les documents émanant de son autorité, et sa signature gauche est très caractéristique.

Esther & Joannedétail P.Palau 367détail P.Palau 433

Des « faux » dignes d’attention

Une part non négligeable de la collection est constituée de papyrus que l’on peut qualifier de « faux », de ce type particulier où le faussaire a fabriqué, à partir de plusieurs fragments authentiques, un document factice qui semble complet. S’ils font illusion au premier abord, ces documents ne résistent pas à un examen détaillé : parfois certaines lignes sont disposées tête-bêche, d’autres fois, on identifie le début et la fin d’une formule connue, artificiellement raccordées l’une à l’autre sans donner aucun sens. M. J. Albarrán a présenté ces pratiques à la fin du stage. Ces documents devront être démontés et chacun de leurs fragments étudié pour lui-même, comme cela s’est déjà fait à l’abbaye de Montserrat, où le même phénomène a été constaté.

12._faux

Bible: fragments et un codex exceptionnel

Les papyrus coptes littéraires ne sont pas très nombreux dans la collection Palau Ribes. Deux étudiantes se sont néanmoins attachées à reconstituer les bribes d’un feuillet de papyrus contenant l’évangile de Matthieu. L’étude codicologique des livres coptes sur papyrus reste à faire, et tout fragment est important dans cette perspective.

En compensation, cette collection possède un trésor : il s’agit d’un des codices coptes anciens de parchemin (5e s.) les mieux conservés, communément appelé « codex de Barcelone », qui contient les évangiles de Luc, Jean et Marc, dans cet ordre dit « occidental »[2]. Nous avons pu l’approcher, sous la conduite de Sofia Torallas Tovar, chercheur au CSIC, et Alberto Nodar, conservateur de la collection.

Codex Evangiles Barcelone

codex ouvert

L’abbaye de Montserrat

Abbaye de MontserratEn milieu de semaine, une excursion à l’abbaye de Montserrat, qui possède elle aussi une riche collection copte, a permis aux étudiants de découvrir en une journée la beauté du site, la généreuse hospitalité des moines bénédictins, et d’autres papyrus coptes.Sofia Torallas Tovar, responsable de la collection, avait préparé dans la bibliothèque une exposition des pièces coptes les plus intéressantes : parmi elles, un codex de petite taille qui contient des textes sacrés et profanes en grec et en latin, et qui pourrait d’ailleurs, selon certains savants, provenir de la même bibliothèque antique que le codex des évangiles de Barcelone, ou encore des fragments coptes d’un codex encore inédit contenant les Actes du Concile d’Ephèse, … et des documents du monastère de Baouit.

Montserrat_bibliothèque

Encodage des textes

Les papyrologues ont à leur disposition de très utiles instruments de travail en ligne, disponibles sur papyri.info. Parmi eux, l’existence d’un corpus électronique des textes grecs, résultat de leur encodage systématique depuis plus de trente ans. Les textes coptes commencent à leur tour à intégrer la base, à un rythme qui dépend de l’investissement individuel dans le processus d’encodage. Afin de sensibiliser les étudiants du stage à leur responsabilité dans ce domaine, une matinée avait été consacrée à l’initiation et à des exercices pratiques, sous la conduite de James Cowey (université d’Heidelberg), assisté d’Alain Delattre et Esther Garel. Les résultats sont encourageants : plus de 60 textes (des ostraca extraits d’une correspondance monastique) ont été encodés lors de cette matinée et sont désormais disponibles dans la base. Il reste à poursuivre l’effort sur le long terme… Une petite équipe pratique l’encodage tous les lundis matin à la section Grecque.


[1] Voir en dernier lieu Sarah J. Clackson† & Alain Delattre, Papyrus grecs et coptes de Baouît conservés au musée du Louvre, Le Caire 2014 (Bibliothèque d’études coptes 22).

[2] H. Quecke (ed. pr.), Das Johannesevangelium saïdisch: Text der Handschrift Palau Rib. Inv. Nr. 183 mit den Varianten der Handschrift 813 und 814 der Chester Beatty Library und der Handschrift M 569, Barcelone 1984.

Le Canon 8 de Chénouté

Monastère Blanc, intérieur

A. Boud’hors, Le Canon 8 de Chénouté. Introduction, édition critique, traduction. Le Caire 2013, 2 vol. (Bibliothèque d’études coptes 21).

Près du village antique d’Atripé, en Haute-Égypte, s’élevaient les bâtiments d’une congrégation monastique organisée et dirigée aux 4e-5e siècles par l’abbé Chénouté, grande figure du monachisme égyptien et auteur d’une œuvre unique par son ampleur dans la littérature copte. Le plus grand des trois monastères chénoutiens, communément appelé « monastère Blanc », à cause de la couleur des pierres de son église, est fameux pour avoir livré, entre la fin du 18e et la fin du 19e siècle, les restes d’une importante bibliothèque. Comme le monastère avait été abandonné au 13e siècle, les manuscrits étaient dans un état déplorable lors de leur découverte, aggravé encore ensuite par les convoitises des collectionneurs, qui aboutirent à une dispersion des feuillets dans le monde entier. La reconstitution des manuscrits se poursuit jusqu’à aujourd’hui (voir le blog d’Alin Suciu).

Monstère Blanc, vue extérieure

Les feuillets et fragments de parchemin rescapés sont les restes d’environ mille livres (codices), copiés entre le 8e et le 12e siècle (on peine encore à imaginer ce qui est advenu des manuscrits plus anciens). Malgré leur état fragmentaire, ces manuscrits constituent le plus grand réservoir de littérature copte dans le dialecte classique, appelé sahidique : textes bibliques, apocryphes, patristiques, hagiographiques, monastiques. Les œuvres de Chénouté y sont représentées par les restes d’une centaine de manuscrits. Elles ne sont quasiment pas attestées en dehors de cette bibliothèque.

Louvre E 9979 r°C’est seulement à une date récente que Stephen Emmel (Shenoute’s Literary Corpus, Louvain 2004) a pu mettre de l’ordre dans ces manuscrits et reconstituer le corpus chénoutien, qui se compose de deux grands volets, les Canons, ou sermons de discipline monastique (9 tomes) et les Discours (8 tomes), à visée plus morale et pastorale, destinés à un public plus large. Depuis lors, une équipe internationale a pris en charge l’édition critique systématique de ce corpus.

Or l’Institut français d’archéologie orientale au Caire détient, sous la cote « Ifao Copte 2 », un des manuscrits les mieux conservés du monastère Blanc, qui est un exemplaire du Canon 8 de Chénouté. Plus précisément, sur les 160 feuillets d’origine, 128 feuillets sont conservés à l’Ifao, 6 à Londres (BL), 4 à Naples (BN), 3 à Paris (BnF). C’est un cas exceptionnel, si l’on pense que certains manuscrits ne sont plus représentés que par une moitié de feuillet. Il est possible que la partie Ifao de ce manuscrit ait été achetée à un antiquaire par l’égyptologue Gaston Maspero, avant la découverte par ce dernier en 1885 de la « cachette » où s’entassait la majeure partie des vestiges.

Ifao Copte 2, f. 71v

De ce fait, un examen paléographique et codicologique détaillé a été possible pour ce manuscrit, ce qui permet d’avoir une idée de son économie. Son histoire n’est pas sans accident. Deux ou trois copistes différents y sont à l’œuvre. De nombreuses corrections ou additions ont été insérées dans les marges. Une anomalie a pu être repérée dans la composition des cahiers, à cause d’une importante omission du copiste compensée par l’ajout de feuillets. Des traces de signets sont encore visibles, disposés aux endroits où commence un nouveau sermon (le manuscrit en contient sept). L’écriture est une onciale de type biblique, style utilisé jusqu’au 11e siècle pour copier les textes particulièrement vénérables, bibliques surtout, ce qui montre le statut presque sacré dont jouissaient les sermons de l’abbé. La sobriété de l’écriture de ce manuscrit, jointe à ses dimensions modestes (27 x 21 cm), invitent à proposer une date un peu plus haute que la période de copie habituellement assignée aux manuscrits du monastère Blanc, soit peut-être le 8e siècle.

Ifao Copte 2 f. 114v (détail d’un feuillet avec signet)

Bien qu’il existe des fragments de quatre témoins parallèles du Canon 8, ainsi que d’un florilège de l’ensemble des Canons, le caractère unique du manuscrit Ifao comme témoin de l’histoire du livre imposait son édition quasi diplomatique comme préalable à toute édition vraiment critique. Elle se trouve de plus accompagnée par la reproduction en couleur de toutes les pages conservées au Caire.

Quant au contenu des sept sermons, de longueur inégale (de 3 à 120 pages), le lecteur de la traduction risque d’être déçu : si, en historien, il y cherche des traces de règles monastiques, il ne trouvera rien de bien précis (d’autres tomes des Canons semblent plus riches de ce point de vue) ; s’il est curieux de spiritualité monastique ou de spéculation théologique, il restera sur sa faim. Chénouté est un imprécateur. Il brode à l’infini sur le thème de la pureté perdue, puisant dans la Bible, surtout l’Ancien Testament, une matière disparate qu’il tisse avec un art inégalé. Sa syntaxe, qui mêle des registres de langue sophistiqués, recourant à des constructions uniques, avec des passages d’une familiarité brutale, est d’une difficulté redoutable. La valeur du Canon 8 est littéraire et linguistique, et de ce point de vue elle reste encore largement à analyser.

Ifao Copte 2, f. 102r

Séminaire international en Papyrologie Copte : Barcelona, 6-13 Juillet 2014

copte1copte2Un séminaire international en papyrologie copte se tiendra à Barcelone du 6 au 13 juillet 2014. Ce séminaire prend la suite des universités d’été de Vienne (2006), Leipzig (2008), Strasbourg (2010) et Heidelberg (2012). Il sera organisé par la Collection Palau-Ribes déposée aux Archives historiques des Jésuites et l’Universitat Pompeu Fabra de Barcelona. L’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes du CNRS, Paris (IRHT), l’Universidad de Alcalá (UAH), le Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC), l’Association Francophone de Coptologie (AFC), le Centro de Estudios de Próximo Oriente (CEPO) et l’Asociación Cultural Hispano-Helénica (ACHH) sont également partenaires de l’événement.

Étudiants et doctorants des disciplines telles que la coptologie, l’égyptologie, la papyrologie, les lettres classiques, les sciences religieuses, l’histoire ancienne, les études arabes ou les études byzantines sont invités à y participer, Une solide connaissance du copte étant souhaitée.

Les participants auront le choix entre deux ateliers: l’un consacré aux parchemins ou papyrus coptes littéraires (surtout des fragments bibliques) et un autre aux papyrus coptes documentaires (lettres, textes juridiques, etc.). Les étudiants auront l’occasion de travailler sur des documents originaux inédits.

La participation financière s’élève à 300 €. Elle comprend l’hébergement en résidence universitaire, le petit déjeuner et le déjeuner.

Le nombre de places est limité à 15.

Candidature

Le dossier doit contenir:

1. Un curriculum vitae.

2. Une lettre de candidature mentionnant l’atelier auquel l’étudiant souhaiterait participer.

3. Des lettres de recommandation de deux professeurs qui devront aussi donner un avis sur le niveau du candidat en copte. Les lettres doivent être envoyées confidentiellement à l’adresse indiquée dessous, en mentionnant explicitement le nom du candidat.

Les dossiers et des lettres de recommandation sont à envoyer à:

Dr. María Jesús Albarrán
Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, CNRS
Section Grecque et de l’Orient chrétien
Collège de France
52 rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
France

e-mail: maria-jesus.albarran@irht.cnrs.fr

 

La date limite de dépôt est le 15 mars 2014. Les candidats seront informés du résultat de leur démarche au début d’avril 2014.

Déroulement

Ce séminaire international a pour but de fournir une initiation à la papyrologie copte en tenant compte de ses relations avec l’égyptologie, les études classiques, l’histoire ancienne, le paléo-christianisme et l’archéologie.

Des conférences seront données sur la paléographie et le déchiffrement des écritures littéraires ou documentaires de ces deux sortes d’écrits, et sur leurs relations avec d’autres témoignages textuels ou archéologiques. Pour les exercices pratiques, les étudiants se verront confier un document inédit sur lequel ils travailleront.

Les enseignants seront : María Jesús Albarrán (Paris), Anne Boud’hors (Paris), Alain Delattre (Bruxelles), T. Sebastian Richter (Leipzig), Sofía Torallas (Madrid). Parmi les intervenants figureront aussi Cristina Ibañez (Barcelona), Alberto Nodar (Barcelona), Margarita Vallejo (Madrid) et Amalia Zomeño (Madrid).

L’objectif est d’offrir un ensemble de conférences et d’ateliers grâce auxquels les étudiants pourront apprendre à évaluer les informations de toutes sortes fournies par les différents types de documents et se familiariser avec les questions que soulève le matériel papyrologique.

L’enseignement se fera en anglais.

 

Dans l’attente de recevoir vos candidatures,

Dr. María Jesús Albarrán
Dr. Anne Boud’hors
Dr. Alberto Nodar
Dr. Sofía Torallas

Seminar_Barcelona