Archives par mot-clé : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης

Un Métropolite méconnu en Occident : Ἄνθιμος Ἀλεξούδης, « Φιλόμουσος »

Le récent colloque organisé en Turquie par la Section grecque de l’Institut de recherche et d’histoire des textes autour de la bibliothèque du monastère de la Sainte Trinité de Halki (Bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du Patriarche Métrophane III), nous a donné l’opportunité de consulter les registres épistolaires du Patriarcat Œcuménique de Constantinople (Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης) couvrant la seconde moitié du XIXè siècle. Au cœur de cette correspondance, de très nombreux courriers sont adressés à son Éminence le Métropolite de Berat, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης.

Activité pastorale

Né en 1824, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης étudia notamment à Constantinople, à la Μεγάλη του Γένους Σχολή, dont le bâtiment actuel domine aujourd’hui, à Istanbul, la Corne d’Or et le quartier du Phanar.

 

Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (5)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Istanbul (octobre 2015) (7)
Μεγάλη του Γένους Σχολή, Fatih, Istanbul
© Didier Lafleur

Ordonné Métropolite à l’âge de 31 ans, Ἀλεξούδης, désormais Ἄνθιμος τῶν Βελεγράδων selon les Actes du Patriarcat, fut Métropolite de la ville de Berat, en Albanie, de 1855 à 1887. À cette date et jusqu’en 1908, sur décision du Saint Synode, il devient Métropolite de la ville d’Amasya – aujourd’hui importante ville turque des bords de la mer Noire. Grand érudit, polyglotte, auteur de nombreux ouvrages et articles traitant autant des sciences ecclésiales que des humanités, Ἀλεξούδης ne cessera de publier jusqu’à sa mort, à Constantinople, en 1909[1], dans le monastère adjacent à l’église Sainte Marie des Mongols (Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα)[2], à quelques mètres à peine de l’actuelle Grande École de la Nation.

Sainte Marie des Mongols, 1877
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα, Fatih, Istanbul, en 1877

Érudition et manuscrits grecs

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (10)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης / Παναγία Μουχλιώτισσα
© Luc Brogly

Le nom d’ Ἄνθιμος Ἀλεξούδης a peu circulé en Europe occidentale et la préparation de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés à Tirana (Albanie) nous permet aujourd’hui d’éclairer un peu mieux cette figure méconnue de la catalographie. Outre ses compositions liturgiques – les Archives nationales d’Albanie conservent de lui une courte prière qu’il composa pour l’érection d’un nouveau clocher à Berat en 1884[3], ses recherches sur l’épigraphie grecque et sur l’histoire de l’Église Orthodoxe[4], Ἀλεξούδης a consacré une grande part de ses travaux à la description des manuscrits.

Dans l’une de ses premières études, publiée en 1868 et intitulée Σύντομος Ιστορική Περιγραφή τῆς Ἱερᾶς Μητροπόλεως Βελεγράδων[5], Ἄνθιμος Ἀλεξούδης édite l’acte de son élection ainsi que le berât de l’autorité civile, mais il évoque aussi plusieurs manuscrits grecs, dont certains de grand luxe, écrits en lettres d’or et d’argent sur parchemin pourpre. C’est cette publication qui permettra au prêtre français Pierre Batiffol d’étudier sur place, en 1885, les précieux manuscrits grecs décrits par le Métropolite.

Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα, extérieur LB (octobre 2015) (12)
Μονὴ τῆς Θεοτόκου τῆς Παναγιωτίσσης-Παναγία Μουχλιώτισσα (intérieur)
© Luc Brogly

Publications

Curieusement, c’est à partir de 1890, alors qu’il est déjà installé à Amasya, à deux mille kilomètres de son ancien évêché, qu’il commencera à publier ses descriptions codicologiques. Il dressera l’inventaire, notamment de 1892 à 1901, des manuscrits scripturaires et liturgiques possédés par certaines églises des villes albanaises de Berat et de Vlora, mais aussi de manuscrits qui sont sa propriété et dont nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’ils firent le voyage jusqu’à Amasya. Hormis le récit de Pierre Batiffol en 1885, Ἄνθιμος Ἀλεξούδης est le seul et unique témoin de la circulation de ces manuscrits grecs.

De nombreux érudits ont loué avec raison « l’admirable soin » avec lequel le Métropolite avait consigné les actes ecclésiaux. Ainsi en 1903, Heinrich Gelzer, contemporain d’ Ἀλεξούδης :

Anthimos muß während seiner Verwaltung der Belgrader Eparchie einen staunenswerten Fleiß entwickelt haben, um dieses massenhafte Material im ganzen so wohlgeordnet zusammenzubringen [6].

Durant son administration de l’Éparchie de Berat, Anthimos doit avoir développé un zèle étonnant pour rassembler d’une manière aussi ordonnée tant de documents.

KOD. BR. 66 contreplat supérieur (2)
© Arkivi Qëndror i Shtetit, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 66

On doit ajouter à ces relevés scrupuleux et à son érudition, une activité pastorale intense (monastère d’Ardenoussa) ainsi que sa vocation à former les générations futures (École théologique de Berat), malgré des relations parfois tendues avec l’autorité civile, l’Empire ottoman. Ainsi que le rapportait Pierre Batiffol en 1887, « on ne le cite jamais sans lui donner l’épithète de Φιλόμουσος, et M. Anthime Alexoudis l’a bien méritée ».

Didier Lafleur, IRHT, CNRS – Luc Brogly

Le Grand Archimandrite Βησσαρίων Κομζιάς (Paroisse de Sainte Marie des Mongols, Οἰκουμενικὸς Πατριάρχης), Luc Brogly, Didier Lafleur
© Luc Brogly

[1] La tradition rapporte que la tombe du Métropolite se trouve au monastère τῆς Θεοτòκου τῆς Πηγῆς (Balıklı Meryem Ana Rum Manastiri), situé non loin des remparts terrestres de Constantinople. Malgré nos recherches à l’intérieur même du monastère, mais aussi dans le carré des métropolites situé à l’extérieur de ce périmètre, nous n’avons pu localiser la tombe d’Anthime Alexoudis.

[2] Voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1ère partie. Le siège de Constantinople et le Patriarcat Œcuménique, t. III. Les églises et les monastères, Paris, 19692, p. 213-214.

[3] Voir K. Giakoumis, « The Orthodox Church in Albania under Ottoman Rule 15th-19th Century », dans O. J. Schmitt (éd.), Religion und Kultur im albanischsprachigen Südosteuropa, Pro Oriente 4, Schriftenreihe der Kommission für südosteuropäische Geschichte, Frankfurt am Main: Peter Lang, 2010, p. 76-77.

[4] À titre d’exemple: « Περὶ τινων νομισμάτων καὶ ἐπιγραφὴ Μακεδονίας καὶ Θρᾳκῆς », Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνικὸς Φιλολογικὸς Σύλλογος, 4 (1871): 124-125; « Συμβολαὶ εἰς τὴν ἱστορίαν τῶν μεταξὺ τῶν Ἐκκλησιῶν σχέσεων », ΕΑ 9/15 (1889): 117-118; « Χρονολογικὸς κατάλογος τῶν πάλαι ποτὲ ἀρχιεπισκόπων τῆς Α´ Ἰουστινιανῆς Ἀχριδῶν », ΕΑ 9/20 (1889): 158; « Τὰ ληξιαρχικὰ βιβλία παρ’ ἡμῖν », ΕΑ 9/30 (1889): 235; « Συνοδικαὶ πράξεις τῆς Ἀρχιεπισκοπῆς Ἀχριδῶν καὶ πάσης Βουλγαρίας », ΔΙΕΕ 4 (1892 [1893]): 547-573.

[5] … καὶ τῆς ὑπὸ τὴν πνευματικὴν αὐτῆς δικαιοδοσίαν ὑπαγομένης χώρας, νῦν πρῶτον συνταχθεῖσα καὶ ἰδίοις ἀναλώμασι τύποις ἐκδοθεῖσα ὑπὸ τοῦ Μητροπολίτου Βελεγράδων Ἀνθίμου Δ. Ἀλεξουδη τοῦ ἐκ Μαδύτων τῆς Θρᾳκικής Χερσονήσου, Ἐν Κέρκυρᾳ: Τυπογραφεῖον « Η ΙΟΝΙΑ » Ἀδελφῶν Κάων, p. 113-115.

[6] « Der wiederaufgefunden Kodex des hl. Klemens und andere auf den Patriarchat Achrida bezügliche Urkundensammlungen », in Berichte über die Verhandlungen der königlichen Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Philol. hist. Klasse, LV-2, Leipzig, 1903, p. 49.