A. Binggeli & P. Augustin, Usage et dispersion et de la collection de la Sainte Trinité

Friday, October the 16th

André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité

La bibliothèque de la Sainte Trinité a suscité très tôt l’intérêt et la convoitise des voyageurs occidentaux : érudits bibliophiles, ou émissaires pour le compte de collectionneurs. Il s’agira d’abord de dresser un portrait de ces visiteurs venus à la Sainte Trinité ; quelles sont leurs motivations, quels textes et quels livres recherchent-ils ? On retrouve naturellement un intérêt récurrent pour les textes antiques ou les beaux livres, mais des érudits viennent y travailler aussi dans le cadre d’une entreprise éditoriale, par exemple Samuel Slade pour l’édition des œuvres de Chrysostome par Henry Savile au début du 17e siècle. D’autres sont explicitement là pour acheter des livres ; sur la riche collection rassemblée par Métrophane et ses successeurs, plus d’une cinquantaine de manuscrits se retrouvent aujourd’hui dispersés dans des bibliothèques occidentales. Grâce aux notes de possession portées sur les manuscrits, aux listes d’acquisition, à la correspondance des émissaires, il est possible de retracer plusieurs filières par lesquelles les manuscrits sont arrivés en France, en Angleterre, et ailleurs en Europe. En somme, l’histoire de la dispersion de la bibliothèque permet d’entrevoir la partie engloutie de l’iceberg. En quoi celle-ci change-t-elle l’image que nous avons aujourd’hui du fonds de la Sainte Trinité ?

Ch. Gastgeber, Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du patriarcat de Constantinople (Bibliothèque Nationale d’Autriche, Vienne)

Friday, October the 16th

11:15-12:00 Christian Gastgeber (Austrian Academy of Sciences, Vienna), Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du Patriarcat de Constantinople

Le fonds grec des manuscrits de la Bibliothèque Nationale d’Autriche se base fondamentalement sur deux collections du 16e siècle : celle de l’humaniste et philologue Jean Sambucus, et celle de l’ambassadeur habsburgeois Ogier Ghislain de Busbecq qui a utilisé ses séjours diplomatiques à Constantinople pour collectionner tous les manuscrits dont il pouvait s’emparer ; entre ces manuscrits se trouvait par exemple le fameux Disocoride de Vienne. Dans quelques manuscrits de la collection de cette Bibliothèque Nationale, on peut bien reconnaître la provenance directe du patriarcat de Constantinople, ce qui documente d’une part l’existence d’un fonds, dont on pourrait encore se servir pour trouver des manuscrits « nouveaux » (c’est-à-dire des textes qu’on ne connaissait pas encore dans l’ouest, ou déjà connus, mais transmettant peut-être une version meilleure), et d’autre part, que le focus des « chasseurs de manuscrits » est passé des textes classiques et patristiques seuls à toutes sortes de textes grecques, théologiques autant qu’historiques, anciens autant que modernes. Pendant cette nouvelle phase de la quête des manuscrits grecs dans la patrie de cette langue, on recherchait tout texte grec, de préférence non vernaculaire (c’est une autre phase en ce même siècle, qui provient d’Allemagne et de Martin Crusius).

La conférence est consacrée à ce fonds Viennois avec des acquisitions du patriarcat de Constantinople, qui fait aujourd’hui partie d’une nouvelle catégorisation thématique effectuée après l’acquisition de ces manuscrits à la bibliothèque impériale de Vienne ; les seuls indices pour la provenance de Busbecq sont les notes dans ces manuscrits concernant son acquisition à Constantinople.

M. Cronier, Copie et restauration des manuscrits dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)

Friday, October the 16th

9:15-10:00 Marie Cronier (IRHT-CNRS Paris), Copie et restauration de manuscrits à la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)

Cette communication souhaite mettre en évidence la manière dont les manuscrits ont été réalisés et, surtout, restaurés au fil des siècles dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité. On s’appuiera essentiellement sur l’étude des souscriptions (peu nombreuses), des restaurations et autres interventions (ajout de pinax, de pagination, de notes diverses), ainsi que des reliures et des gardes. Seront ainsi mises en évidence différentes phases au cours desquelles on a porté aux livres un soin particulier, entre de longues périodes où ils semblent avoir été davantage négligés.

Contrairement à ce qui se passe dans le monastère voisin, celui de la Panaghia, il ne semble pas y avoir eu d’importante activité de copie de manuscrits à la Sainte-Trinité de Chalki. On n’a relevé pour l’instant qu’une exception, au moment de la refondation (milieu du 16e siècle) où au moins deux manuscrits sont explicitement copiés pour le monastère à l’instigation de Métrophane qui en était alors l’higoumène : encore n’est-il pas certain que la copie soit à situer dans le monastère même. Dans les décennies qui ont suivi, en revanche, un nombre considérable de manuscrits reçoivent une nouvelle reliure ; on récrit, sur des folios de réfection, les parties de textes qui étaient mutilées ; on ajoute aussi, assez souvent, des pinax. Une analyse des écritures et des papiers permet d’assigner toute cette activité à un même cercle de copistes et à une même époque. Elle atteste la vitalité de la bibliothèque dans la seconde moitié du 16e siècle, au moment précisément où en est dressé son premier inventaire.

Pour les siècles suivants, en revanche, les indices de restauration sont beaucoup plus ponctuels, mais existent bien. On en proposera quelques exemples.

D. R. Reinsch, The Greek manuscripts collected in the Library of the Sultan

Thursday, October the 15th

17:45-18:30 Dieter Reinsch (Freie Universität Berlin), The Greek Manuscripts collected in the Library of the Sultan

Founding on the studies of Adolf Deissman (published in 1933) and Julian Raby (published in 1983) and on my own research in the Library of Topkapı Saray, carried out together with Dieter Harlfinger in the seventies and eighties of the past century, I will characterize different groups of Greek manuscripts kept in the library of the sultans, which today number all together 46 pieces (12 pieces came much later into the library of Topkapı Saray, 1 of the 46 is missing since the beginning of the 20th century, a part of another since the visit of Constantin Tischendorf in 1859). My main concern is the group of manuscripts which can be connected immediately with the person of Mehmed II the Conquerer through remarks in the autograph of Kritobulos of Imbros, our main source for the cultural activities of the sultan, and a laudatory poem to the sultan in another Saray manuscript. Paleographical and codicological criteria (i.e. identification of scribal hands, identification of watermarks, islamic bindings) allow us, in a second step, to ascribe a greater number of manuscripts to this category, which for a great part obviously have been ordered by Mehmed himself. Here I rely mostly on the studies of Julian Raby. Departing from this greater group we can define some main areas of interest of the sultan (history, geography, philosophy, magic, grammars and lexica) which are represented by some further manuscripts of his library. The rest of our manuscript group can be considered as disiecta membra having found by chance their way out of the turmoil connected with the capture of the City together with many other Greek manuscripts which survived in private or ecclesiastical libraries. We don’t even know at what time they entered the Saray library and partly they are in a very bad condition so much that it was not possible to study them at all; in connection with our research we tried, but we couldn’t solve the restauration problem. It seems, however, that the manuscripts bearing today the numbers 1 to 40, 48, 50, 51, 57, 64 and 65 belonged all to Mehmed’s library, because he was interested in them in one or another way. How many manuscripts left the library in the course of the centuries we don’t know. For sure a group of 15 went to Paris in the seventeenth, another group of 20 to Bologna in the eighteenth century.

V. Kontouma, Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle

Thursday, October the 15th

16:00-16:45 Vassa Kontouma (EPHE, Paris), Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle

De la bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre, nous avons deux catalogues principaux : celui établi à la mort de Chrysanthe de Jérusalem, en 1731, et celui – bien connu et encore en usage aujourd’hui – d’A. Papadopoulos-Kérameus, publié à Saint-Pétersbourg en 1899. Toutefois, ces catalogues ne permettent pas d’avoir une image précise de la collection avant l’incendie de 1728. C’est donc à travers les témoignages épars de Dosithée de Jérusalem (1669-1707), mais aussi par le biais de mentions présentes sur les manuscrits du fonds, que nous tenterons d’identifier les ouvrages ayant transité ou ayant été déposés à la Bibliothèque du Métochion au 17e siècle.

M. Cassin, History of the monastery of the Holy Trinity and its Library

Thursday, October the 15th

14:45-15:30 Matthieu Cassin (IRHT, CNRS, Paris), History of the monastery of the Holy Trinity and its Library

L’histoire byzantine du monastère de la Sainte-Trinité de Halki n’est connue que par quelques bribes d’époque assez ancienne. À l’époque moderne, les sources deviennent plus nombreuses sans pour autant permettre de reconstituer chaque étape, en l’absence des archives du monastère. Même la refondation par Métrophane n’est pas précisément datée et n’est connue qu’indirectement, par deux souscriptions de livres en 1540. Ce n’est que dans la deuxième moitié du 18e siècle que l’on parvient à suivre un peu mieux les vicissitudes nombreuses qu’a connues l’institution, dont la période de prospérité initiale semble avoir été assez brève, jusqu’au milieu du 17e s. au plus tard.

La bibliothèque du monastère est paradoxalement bien mieux connue que le monastère lui-même, grâce aux notes de possession portées sur les volumes, aux différents inventaires qui la décrivent, ainsi qu’aux récits et listes de livres laissés par des voyageurs occidentaux. En confrontant ces différentes sources, il est possible de dresser plusieurs tableaux de la bibliothèque, depuis sa constitution progressive dans la seconde moitié du 16e siècle, puis au gré des départs mais aussi des arrivées de livres dans les périodes suivantes. Il s’en dégage le tableau d’une bibliothèque monastique, renfermant des livres et des textes d’intérêt essentiellement théologique et ecclésial ; par opposition à d’autres bibliothèques contemporaines, les textes profanes y sont particulièrement rares. En outre, les manuscrits qu’elle comporte ou a comporté sont pour une part importante des livres de luxe, qui ont appartenu à des institutions de premier plan à la période byzantine.

M.-H. Blanchet, Présence et usage de livres au patriarcat de Constantinople durant la seconde moitié du XVe et la première moitié du XVIe siècle

Thursday, October the 15th

Marie-Hélène Blanchet (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)

Alors que le rétablissement du patriarcat de Constantinople au début de l’année 1454 sur l’ordre du sultan Mehmed II ne fait aucun doute, on ne dispose que de très peu d’informations pour comprendre comment fonctionne dès lors l’institution ecclésiastique, notamment en ce qui concerne ses besoins documentaires. Une bibliothèque patriarcale a-t-elle été aussitôt reformée, sur le modèle de celle dont on suppose l’existence à l’époque byzantine ? Les livres, même s’ils ont été massivement détruits, revendus, et emportés à l’étranger lors de la prise de Constantinople, ne sont certes pas absents de l’Église orthodoxe restaurée : en matière liturgique comme canonique, ils sont indispensables à la pratique quotidienne. Au-delà de ce type d’ouvrages, les œuvres écrites par des dignitaires patriarcaux de la fin du xve et du début du xvie siècle attestent que leurs auteurs ont pu avoir accès à de nombreux textes, tant théologiques que classiques. Mais ils semblent avoir travaillé plutôt à partir de leur collection personnelle que dans le cadre d’une bibliothèque dont on ne trouve aucune mention pour cette période.

Y. Evangelou, «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν» Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th century

Thursday, October the 15th

12:00-12:45 Youli Evangelou (National Hellenic Research Foundation, Athens), «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν». Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th Century

The 16th century was marked by an impressive «wave» of foundations and reconstructions/restorations of Christian monasteries in the Ottoman Empire. In this paper we examine some regions of the Empire where this most significant phenomenon acquired remarkable dimensions and we compare them with Constantinople and its hinterland, where the relevant activity seems to be limited. Finally we attempt to trace down the reasons which caused the difference between the aforementioned cases.

V. Tchensova, Les monastères des Îles des Princes et le monde slave (16e-17e s.)

Thursday, October the 15th

11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)

Les archives russes recèlent des sources documentaires attestant des liens entre les communautés monastiques des Îles des Princes et le monde slave, notamment la Russie moscovite et les hetmans de la Horde Zaporogue. Cette documentation offre l’opportunité d’approfondir notre connaissance de l’histoire des communautés monastiques insulaires au XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

L’époque voit en effet une transformation essentielle dans les relations entre Moscou et ces monastères. Alors qu’auparavant, les moines des Îles des Princes se contentaient de recevoir de rares aumônes du tsar au même titre que tant d’autres sanctuaires de l’Orient chrétien, les communautés insulaires prennent alors l’initiative d’envoyer des représentants dans la capitale russe en quête de subsides.

Des recherches effectuées dans les fonds des Archives nationales des actes anciens de la Russie à Moscou ont livré plusieurs documents attestant les activités des envoyés de ces communautés. On s’appuiera notamment sur l’importante documentation en langue russe (qui compte entre autres des traductions de documents grecs) relative à plusieurs voyages accomplis par les moines, ainsi que sur quelques originaux grecs, dont deux lettres de recommandation patriarcales, apportés à Moscou par les frères. Plusieurs groupes de documents peuvent retenir l’attention, relatifs aux représentants des monastères de l’Assomption de Chalki (Panaghia Kamariotissa), datés de 1643, 1651 et 1713, de la Sainte-Trinité de Chalki dit Ésoptron (1691) ou encore du monastère de la Transfiguration de Proti (1652, 1687 et 1702), bien que les documents concernant la demande adressée en 1799 aux autorités russes par les moines de la Sainte-Trinité en vue d’obtenir le renouvellement des aumônes promises dans un privilège octroyé en 1691 demeurent inaccessibles.

Cette abondante documentation relative aux déplacements des moines des Îles des Princes en quête de subsides permet de jeter un regard neuf sur de nombreux aspects de l’histoire des monastères et sur leurs tentatives pour lever des fonds de Moscou jusqu’à Londres. On s’intéressera ici au premier chef aux légendes de fondation et aux descriptions des problèmes quotidiens des communautés, ainsi qu’à leurs rapports avec les autorités ottomanes et les patriarches de Jérusalem au cours du xviie et au début du xviiie siècle.

P. Konortas, Le Patriarcat Orthodoxe de Constatinople au point de vue économique et politique (1565-1580)

Thursday, October the 15th

10:00-10:45 Paraskevas Konortas (University of Athens), The Patriarchate of Constantinople in the Ottoman sources

Le but de notre communication est d’essayer de dessiner les lignes de force au sujet des relations entre le Patriarcat Orthodoxe de Constantinople et différents acteurs (archontes orthodoxes, clergé et ouailles orthodoxes, dignitaires et administration centrale ottomans et autres communautés non-musulmanes de l’Εmpire). Par ailleurs, il serait intéressant de considérer durant cette meme période les relations du Patriarcat avec l’Οccident Catholique. Toutes ces relations ci-dessus décrites seront examinées à travers la confrontation des sources de provenance différente (actes patriarcaux, chroniques post-byzantines, documents ottomans, documents d’archives occidentaux).

On envisagera plusieurs niveaux (institutionnel, politique et économique) pour essayer de démontrer le renforecement progressif du pouvoir patriarcal, ainsi que l’intégration croissante du Patriarcat aux rouages de la machine administrative ottomane.

Recherches sur les manuscrits et les bibliothèques dans le monde grec et l'Orient chrétien