Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG) : les inventaires de manuscrits grecs revisités

20313_shutterstock_133003820Si, comme le dit le Littré : « dans le langage général, faire son inventaire » signifie « examiner ce qu’on a », l’importance des inventaires de manuscrits pour l’histoire des bibliothèques anciennes va sans dire.

Domaine défriché pour la France par le répertoire des Bibliothèques médiévales de France (BMF), les inventaires de manuscrits grecs demeuraient pendant longtemps une source peu exploitée pour l’histoire des bibliothèques, et plus largement, de l’érudition et de la transmission des savoirs. Seules quelques grandes bibliothèques d’Occident, et en particulier la Bibliothèque apostolique vaticane[1] et plus récemment la Laurentienne[2], ont jusqu’à présent vu leurs inventaires anciens édités.

000caxx4Le Répertoire des inventaires de manuscrits grecs (RIMG), lancé en 2014 dans le cadre de Biblissima, émane d’une telle initiative : offrir aux chercheurs un équivalent du répertoire BMF, se frayer une voie vers de nouvelles recherches autour de la reconstitution des bibliothèques anciennes sur la base des inventaires conservés. Le choix a cependant été fait de tourner l’enquête essentiellement vers les bibliothèques orientales : à l’époque moderne, en effet, le recensement des livres grecs dans les bibliothèques d’Occident ne se distingue plus de celui des autres livres et il n’y a pas grand sens à l’isoler. Un premier jalon fut fourni par le relevé effectué par Jacques Bompaire en 1979[3] ; la présente enquête part d’un dépouillement sur nouveaux frais des catalogues de manuscrits grecs, afin d’y repérer les listes de livres.

Image Site RimgUne question importante s’est posée dès le début : comment définir un inventaire ? quel type de documentation inclure dans ce répertoire ? Agréablement surpris par la polychromie de la documentation qui s’étalait devant nos yeux, nous avons opté pour une approche ouverte : toute liste contenant au moins deux livres – surtout manuscrits mais sans exclure les imprimés qui constituent une partie importante des collections tardives – y trouve sa place. A côté des catalogues officiels, figurent des listes de donation ou d’emprunt, des inventaires partiels ou complets, des listes brèves dont la finalité n’est pas toujours aisée à déterminer.

Un inventaire revêt plusieurs formes, se prête à plusieurs interprétations ; il reflète aussi une taxinomie, une cotation, une façon de voir et de penser les choses. Même la façon de décrire les livres, leur matière et leur format, mais aussi leur reliure ou leur écriture, n’est pas dépourvue d’intérêt linguistique pour la terminologie grecque du livre manuscrit.

Paris, BnF, gr. 3067, f. 228

Il s’agit en outre d’effectuer une première classification de cette masse hétérogène que représentent les différentes façons de recenser le contenu d’une bibliothèque. Afin de faire ressortir l’intérêt de chaque pièce, nous avons construit des fiches descriptives dont les différents champs donnent l’essentiel de l’information nécessaire à l’étude du document : datation (si le document n’est pas daté, on trouve une datation approximative à l’aide de termini ante quem et post quem) ; localisation (la région plus large et le lieu plus précis) ; auteur et commanditaire (si connus) ; type (catalogue de bibliothèque, inventaire, liste de livres ; liste de prêt/emprunt ; liste de donation ; liste d’achat/vente ; liste de biens ; testament ; typikon) ; titre (s’il existe) ; incipit ; mots-clefs ; répertoire (si l’inventaire a été repéré par nos prédécesseurs) ; source (la côte du manuscrit avec le lien vers la base Pinakes) ; édition (si elle existe) ; bibliographie (les références bibliographiques complètes sont en libre accès sur zotero). L’analyse du document occupe la plus grande partie de la fiche : il s’agit de localiser l’inventaire à l’intérieur du manuscrit, de présenter brièvement sa structure et son contenu, de le placer dans son contexte et de s’attarder sur ses particularités linguistiques, si nécessaire.

Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213
Andros, Monê Panachrantou 29, p. 213

D’un hiéromoine nommé Pierre qui ramène cinq βιβλία d’un métochion de Saint-Nicolas en Chypre au XIVe s., à l’archimandrite Samuel qui fait don de sa riche collection de livres à l’École Ἁγίας Τριάδος dans l’île d’Andros au XIXe s., nous partons pour un voyage dans l’espace et dans le temps, à la découverte de personnages et de lieux parfois mal ou même nullement attestés par ailleurs. La priorité est donnée à la partie orientale de la Méditerranée (Grèce, Turquie, Syrie, Palestine, Egypte), dans une perspective chronologique longue, allant du XIe jusqu’au XIXe s. Les siècles qui suivent la chute de Constantinople s’avèrent d’une importance inouïe pour la constitution des bibliothèques : l’abondance du matériel inédit qui remonte à cette période mis en évidence par le dépouillement des catalogues modernes de manuscrits démontre à quel point les inventaires des manuscrits grecs restent encore un terrain en friche.

Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102
Andros, Monê Hagiou Nikolaou 69, p. 102

[1] Voir R. DEVREESSE, Le fonds grec de la Bibliothèque vaticane des origines à Paul V (Studi e Testi 244), Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1965, qui met en évidence un bon nombre d’inventaires alphabétiques et topographiques, et pour un état de la question récent, voir P. SVERZELLATI, « Per la storia della Biblioteca Apostolica Vaticana », Aevum 86 (2012), p. 969-1004.

[2] Pour un état de la question, voir D. SPERANZI, « La biblioteca dei Medici. Appunti sulla storia della formazione del fondo greco della libreria medicea privata », in : Principi e signori. Le Biblioteche nella seconda metà del Quattrocento. Atti del Convegno di Urbino (5-6 giugno 2008), a cura di Guido Arbizzoni, Concetta Bianca, Marcella Peruzzi, (Accademia Raffaello. Collana di studi e testi 25), Urbino, Accademia Raffaello, 2010, p. 217-264.

[3] J. Bompaire, « Les catalogues de livres-manuscrits d’époque byzantine », in : S. Dufrenne (ed.), Byzance et les Slaves. Études de Civilisation. Mélanges Ivan Dujc̆ev, Paris [1979], pp. 59-81.

Un homme d’Église au service des manuscrits : Monseigneur Pierre Batiffol

La fin du XIXe siècle et les premières décennies du siècle dernier ont été propices à la recherche de nouveaux manuscrits, à leur indexation dans de nombreux répertoires, à l’élargissement de la connaissance des textes de la littérature classique et biblique. Pierre Batiffol (1861-1929), entré à dix-sept ans au Séminaire des Sulpiciens d’Issy-les-Moulineaux, au sud de Paris, trouva rapidement une place d’élection auprès de son maître, l’abbé Louis Duchesne, historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome et membre de l’Académie française[1]. Cet éminent philologue et historien transmettra à son élève la fièvre des manuscrits.

Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Issy les Moulineaux, été 1882
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Ordonné en juin 1884, l’abbé Batiffol poursuit ses études à Paris, d’abord à l’Institut Catholique, puis à l’École pratique des Hautes Études, et enfin à Rome, sous la direction de Giovanni Battista De Rossi.

Un mot de Duchesne à De Rossi suffit à croquer la fougue du jeune abbé :

Batiffol part aujourd’hui pour Rome, écrit Duchesne le 11 janvier 1887,  sans trop savoir ce qu’il va faire, mais avec la disposition certaine d’avoir envie de tout faire. Il vous ira voir. Ne lui faites pas de compliments, il vous croirait, et cela lui rendrait un bien mauvais service. Ne lui faites pas non plus de sermons; il ne vous croirait pas et vous auriez perdu votre temps[2].

Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Pierre Batiffol, Rome, printemps 1887
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Les nombreux écrits historiques et théologiques de Monseigneur Batiffol ont relégué aujourd’hui à l’arrière-plan le travail de découvreur de manuscrits et d’explorateur qu’il a accompli à la fin du XIXe siècle et la préparation de notre « Catalogue des manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés aux Archives nationales d’Albanie », nous a permis de remettre en lumière ce profil un peu estompé.

En 1885, âgé de vingt-quatre ans, à l’initiative de l’abbé Duchesne, il obtient une bourse du Ministère de l’Instruction Publique et se rend en Albanie pour collationner un manuscrit grec du VIe siècle, écrit en lettres d’argent sur parchemin pourpre, le Beratinus 1 (aujourd’hui Tirana, AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1). Il profite de ce périple, entre navigation hasardeuse sur l’Adriatique et brigands des montagnes de l’Épire, pour contribuer à la refonte du Guide de la Grèce qui sera publié par Émile Isambert en 1891: sa correspondance avec Bernard Haussoullier témoigne du contrat signé entre les deux parties.

Pierre Batiffol édite le texte du Beratinus à son retour à Paris[3] puis repart en Italie méridionale pour étudier le monde basilien et plus particulièrement l’Abbaye de Rossano à laquelle il consacre sa thèse[4]. Son étude synthétique sur « La Vaticane de Paul III à Paul V, d’après des documents nouveaux », publiée en 1890, conforte l’héritage de ses deux maîtres : Louis Duchesne et Giovanni Battista De Rossi. D’autres travaux à la Bibliothèque Vaticane viendront enrichir ses publications, notamment la redécouverte d’un manuscrit palimpseste du Ve siècle contenant le Nouveau Testament ainsi que d’autres études sur les manuscrits latins[5].

Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Autographe de Pierre Batiffol, étude sur le Vat. gr. 1912
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Humaniste et théologien, cet homme d’Église témoigne d’une Europe avide de savoir, à la recherche des sources et soucieuse de la transmission des textes. Sa correspondance avec les biblistes de son époque – Caspar René Gregory, Albert Ehrhard, Marie-Joseph Lagrange, Hippolyte Delehaye, pour n’en citer que quelques uns – montre à quel point, tout au long de sa vie, Batiffol est resté en contact avec le problème des sources. Son approche méthodologique très controversée lors de la crise moderniste, le contraindra à abandonner son poste de recteur de l’Institut catholique de Toulouse à la veille de Noël 1907.

Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898 © Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
Monseigneur Batiffol, Toulouse, 1898
© Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Aumônier du Collège Sainte-Barbe à Paris, à deux pas du Panthéon, avant et après sa révocation de Toulouse par le Vatican, l’homme a toujours conservé au sein de cette période difficile pour l’Église catholique, une sérénité peu commune et le soutien de sa famille, tout particulièrement celui de son frère Louis, conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal, lui a été d’un précieux secours. Décédé brutalement le 13 janvier 1929, le prélat, revenu officiellement dans le giron du Saint-Office, laisse derrière lui une œuvre empreinte d’humanisme et d’érudition.

Les archives de Monseigneur Batiffol sont désormais conservées au Séminaire Saint-Sulpice, rue du Regard, à Paris. Longtemps remises en forme et classées avec soin par le Père Trinquet, elles sont aujourd’hui une source d’érudition de grande valeur, non seulement pour les chercheurs qui travaillent sur la crise morale qui a secoué l’Église de France dans les premières décennies du siècle dernier, mais aussi pour tous ceux qui s’intéressent aux manuscrits grecs et latins.

Didier Lafleur (avec la collaboration de Luc Brogly)

Séminaire Saint-Sulpice, Paris
Séminaire Saint-Sulpice, Paris

[1] Voir Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922). Historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 167, Rome, 1992.

[2] Carteggio De Rossi, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 14277, f. 23 (voir B. Waché, p. 146).

[3] « Evangeliorum codex graecus purpureus Beratinus Φ », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5 (1885): 358-76; « Les manuscrits grecs de Bérat d’Albanie et le codex Purpureus Φ », Archives des missions scientifiques et littéraires: Choix de rapports et instructions publié sous les auspices de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Troisième série, Tome XIII, Paris: Imprimerie nationale, 1887, p. 437-556.

[5] L’Abbaye de Rossano: Contribution à l’histoire de la Vaticane, Paris: Alphonse Picard éditeur, 1891.

[6] « Fragmenta Sangallensia. Contribution à l’histoire de la Vetus Itala« , Revue archéologique 188, p. 305-321.