Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739)

Le dernier folio du corps d’un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, le gr. 739, récemment mis en ligne sur le portail Gallica, a été renforcé dans l’angle inférieur externe par un fragment de parchemin. Le codex comprend les Homélies sur la Première épître aux Corinthiens de Jean Chrysostome et est datable de la deuxième moitié du 10e s. Il sera prochainement décrit dans le deuxième volume des Codices chrysostomici graeci consacré aux bibliothèques de France, actuellement en préparation1. Le livre a été rapporté de Constantinople par François Sevin lors de sa mission de 1728-17302.

Le fragment de la p. 690 porte encore quelques lignes d’un texte écrit en majuscule (ogivale inclinée), qu’on peut sans doute dater des 8e-9e s. L’autre face du fragment (p. 689) est trop effacée pour être déchiffrée à l’œil nu ; une main postérieure a complété la fin des vers sur Jean Chrysostome, qui avaient été amputés par la perte de l’angle inférieur du folio.  Un rapide examen du verso de ce fragment permet d’identifier le texte.

Grec 739
Grec 739
Source: gallica.bnf.fr

Il s’agit d’un court fragment de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys : ἀσπασ]μός – τελειώσεσιν (110, 22-111, 3)3. On distingue encore deux lignes supplémentaires, qu’on pourrait sans doute déchiffrer directement sur le document. 22 lignes de texte sont conservées en tout ou partie ; le titre de section est précédé d’une ligne réglée, laissée vierge. Les lignes comportaient 12 lettres en moyenne et sont amputées généralement de 3 à 5 lettres (la bande de parchemin ayant été placée en diagonale, la portion de texte conservée est plus étroite dans la partie haute). Le manuscrit devait comporter deux colonnes.

Par sa taille, le fragment est de peu d’importance pour l’établissement du texte, par ailleurs bien connu. On ne relève pas de variante sur les quelques lignes conservées. On notera cependant que le titre Θεωρία est bien présent (111, 1) et rubriqué. La section commençait par une majuscule rubriquée en retrait dans la marge externe.

La même page du manuscrit comporte une note ancienne, qui a été grattée. Son déchiffrement fera l’objet d’une prochaine enquête.

Pour citer cet article : Matthieu Cassin, « Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739) », Manuscrits en Méditerranée, 10 février 2015, http://manuscrits.hypotheses.org/462.
  1. Voir le premier volume paru : P. Augustin, avec la collaboration de J.-H. Sautel, Codices chrysostomici graeci. VII, Codicum Parisinorum partem priorem (Documents, études et répertoires 80), Paris, 2011. []
  2. H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1902, II, p. 1113. []
  3. Édition G. Heil, A. M. RItter, Corpus Dionysiacum. II, Pseudo-Dionysius Areopagita, De Coelesti hierarchia, De ecclesiastica hierarchia, De mystica theologia, Epistulae (PTS 36), Berlin, New York, 1991, 2e édition 2012. []