Tous les articles par Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

Y. Evangelou, «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν» Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th century

Thursday, October the 15th

12:00-12:45 Youli Evangelou (National Hellenic Research Foundation, Athens), «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν». Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th Century

The 16th century was marked by an impressive «wave» of foundations and reconstructions/restorations of Christian monasteries in the Ottoman Empire. In this paper we examine some regions of the Empire where this most significant phenomenon acquired remarkable dimensions and we compare them with Constantinople and its hinterland, where the relevant activity seems to be limited. Finally we attempt to trace down the reasons which caused the difference between the aforementioned cases.

V. Tchensova, Les monastères des Îles des Princes et le monde slave (16e-17e s.)

Thursday, October the 15th

11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)

Les archives russes recèlent des sources documentaires attestant des liens entre les communautés monastiques des Îles des Princes et le monde slave, notamment la Russie moscovite et les hetmans de la Horde Zaporogue. Cette documentation offre l’opportunité d’approfondir notre connaissance de l’histoire des communautés monastiques insulaires au XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

L’époque voit en effet une transformation essentielle dans les relations entre Moscou et ces monastères. Alors qu’auparavant, les moines des Îles des Princes se contentaient de recevoir de rares aumônes du tsar au même titre que tant d’autres sanctuaires de l’Orient chrétien, les communautés insulaires prennent alors l’initiative d’envoyer des représentants dans la capitale russe en quête de subsides.

Des recherches effectuées dans les fonds des Archives nationales des actes anciens de la Russie à Moscou ont livré plusieurs documents attestant les activités des envoyés de ces communautés. On s’appuiera notamment sur l’importante documentation en langue russe (qui compte entre autres des traductions de documents grecs) relative à plusieurs voyages accomplis par les moines, ainsi que sur quelques originaux grecs, dont deux lettres de recommandation patriarcales, apportés à Moscou par les frères. Plusieurs groupes de documents peuvent retenir l’attention, relatifs aux représentants des monastères de l’Assomption de Chalki (Panaghia Kamariotissa), datés de 1643, 1651 et 1713, de la Sainte-Trinité de Chalki dit Ésoptron (1691) ou encore du monastère de la Transfiguration de Proti (1652, 1687 et 1702), bien que les documents concernant la demande adressée en 1799 aux autorités russes par les moines de la Sainte-Trinité en vue d’obtenir le renouvellement des aumônes promises dans un privilège octroyé en 1691 demeurent inaccessibles.

Cette abondante documentation relative aux déplacements des moines des Îles des Princes en quête de subsides permet de jeter un regard neuf sur de nombreux aspects de l’histoire des monastères et sur leurs tentatives pour lever des fonds de Moscou jusqu’à Londres. On s’intéressera ici au premier chef aux légendes de fondation et aux descriptions des problèmes quotidiens des communautés, ainsi qu’à leurs rapports avec les autorités ottomanes et les patriarches de Jérusalem au cours du xviie et au début du xviiie siècle.

P. Konortas, Le Patriarcat Orthodoxe de Constatinople au point de vue économique et politique (1565-1580)

Thursday, October the 15th

10:00-10:45 Paraskevas Konortas (University of Athens), The Patriarchate of Constantinople in the Ottoman sources

Le but de notre communication est d’essayer de dessiner les lignes de force au sujet des relations entre le Patriarcat Orthodoxe de Constantinople et différents acteurs (archontes orthodoxes, clergé et ouailles orthodoxes, dignitaires et administration centrale ottomans et autres communautés non-musulmanes de l’Εmpire). Par ailleurs, il serait intéressant de considérer durant cette meme période les relations du Patriarcat avec l’Οccident Catholique. Toutes ces relations ci-dessus décrites seront examinées à travers la confrontation des sources de provenance différente (actes patriarcaux, chroniques post-byzantines, documents ottomans, documents d’archives occidentaux).

On envisagera plusieurs niveaux (institutionnel, politique et économique) pour essayer de démontrer le renforecement progressif du pouvoir patriarcal, ainsi que l’intégration croissante du Patriarcat aux rouages de la machine administrative ottomane.

D. Sakel, The Greek chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople

Thursday, October the 15th

9:15-10:00 Dean Sakel (Türk Tarih Kurumu), The Greek chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople

I shall present the entire case of the chronicles which emerged from the environment of the Patriarchate beginning in the 1560s but which in particular constituted the literary outflow characteristic of the decade of the 1570s. The period overlaps with both patriarchal terms of Metrophanes III, and what is said in the chronicles is of interest both to the wider picture of the Patriarchate throughout these times (for which these chronicles are our central and basic source), but also, more specifically, to the figure of Metrophanes himself. The chronicles have nothing to say about the monastery at Chalke however, and Metrophanes’ involvement in these literary products is, as far as we know, non-existent. Nonetheless Metrophanes was a central figure in the retinue of individuals, which produced, read and identified with these texts. These represent the high-point of such literary activity during the Tourkokratia, the period lies just over a century from the political end of Byzantium (and therefore within reasonable collective memory from that time), while Metrophanes was central to the political expectations envisaged by the world-view that the chronicles project.

A. Chryssostalis, Les îles des princes vues par les voyageurs occidentaux

Wednesday, October the 14th

15:45-16:30 Jean-Pierre Grélois (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris) and Alexis Chryssostalis (IRHT-CNRS, Paris), The Patriarchate of Constantinople and the Princes Islands through Western travellers eyes

Lieux de villégiature par excellence pour les habitants de la capitale ottomane, mais également terre de refuge en cas de danger, les Îles des princes sont souvent mentionnées dans les récits des voyageurs en route vers Constantinople ou qui y sont déjà établis. Est-ce simplement l’intérêt touristique et la beauté naturelle indéniable de ces îles qui conduit ces étrangers dans l’archipel ? L’examen de leurs récits ainsi que du cadre historique de leur époque montre que ce sont bien des raisons politiques qui conduisent de manière quasiment systématique les auteurs de ces textes, presque toujours en mission financée par une puissance occidentale, à la recherche d’objets précieux, de livres et – surtout – d’informations sur l’Empire ottoman, ennemi redoutable à la culture fascinante, ainsi que sur l’Église orthodoxe, dans le cadre des débats théologiques nés de la Réforme. Membres des grandes ambassades européennes auprès de la Sublime Porte en tant que diplomates, ou érudits engagés pour leurs connaissances dans un domaine spécifique, les auteurs des récits de voyage nous fournissent de riches et souvent précieux renseignements sur la vie des habitants et des institutions ecclésiastiques dans les Îles des princes, habitées presqu’exclusivement par des chrétiens et dotées de plusieurs monastères. À ces textes, s’ajoutent à partir du 19e siècle récits littéraires et guides de voyage, écrits dans l’unique idée de permettre à leurs lecteurs de faire un voyage, imaginaire ou réel, à Constantinople et dans sa région.

J.-P. Grélois, Des voyageurs occidentaux au Patriarcat de Constantinople (XVIe-XVIIe siècles)

Wednesday, October the 14th

15:45-16:30 Jean-Pierre Grélois (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris) and Alexis Chryssostalis (IRHT-CNRS, Paris), The Patriarchate of Constantinople and the Princes Islands through Western travellers eyes

Si nombreuses que soient les descriptions d’Istanbul faites par les voyageurs occidentaux aux xvie et xviie siècles, rares sont celles qui consacrent ne serait-ce que quelques lignes au patriarcat œcuménique et aux lieux qui l’abritaient. La douzaine de témoignages utilisée ici permet toutefois de s’en faire quelque idée. Leurs auteurs (familiers d’ambassade, théologiens, chasseurs d’inscriptions antiques et de manuscrits) nous présentent des personnages (patriarches et dignitaires), nous décrivent églises et bâtiments, documentent le transfert du Patriarcat du monastère de la Vierge Pammakaristos au Phanar. La compréhension des réalités qu’ils rencontrent passe certes par les filtres de leurs présupposés religieux (catholiques et protestants) et d’une formation humaniste qui fait juger “gothique” tout ce qui ne relève pas de l’Antiquité classique. Pourtant l’historien d’aujourd’hui peut y trouver une documentation exceptionnelle, en particulier sur les monuments et leur devenir, tout en goûtant parfois le plaisir d’une prose savoureuse.

Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)

Du 14 au 16 octobre se tiendra à Istanbul le colloque « Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.) », que nous organisons dans le cadre du projet ANR i-stamboul, en partenariat avec le Research Center for Anatolian Civilization de l’Université Koç (Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies) et l’Institut français d’études anatoliennes. Le colloque est placé sous l’égide du Patriarcat œcuménique et sera ouvert par sa Sainteté Bartholomée.

Affiche du colloque
Affiche du colloque

Le colloque “Around the Holy Trinity of Halki: Greek Libraries in Constantinople at the time of Patriarch Metrophanes III (16th c.)” sera consacré à la constitution ou à la reconstitution des bibliothèques grecques à Constantinople et aux alentours dans les deux siècles qui suivirent la chute de Byzance. Il se concentrera sur le cas emblématique de la bibliothèque fondée au 16e s. par le futur patriarche Métrophane III au monastère de la Sainte-Trinité sur l’île de Halki et marquera le point culminant du projet i-Stamboul consacré à cette bibliothèque. Le colloque mettra en lumière le contexte matériel, culturel et religieux qui permit à cette époque la fondation ou la reconstruction de nouveaux monastères dans la région de Constantinople et en particulier aux Îles des Princes, ainsi que la constitution de bibliothèques au sein de ces monastères. Au-delà des considérations économiques et sociales, il étudiera la disponibilité des livres et la permanence de la culture grecque dans la capitale ottomane, ainsi que les représentations et l’imaginaire des bibliothèques et des livres. La bibliothèque de la Trinité, qui est étroitement liée à l’institution patriarcale, est aussi un terrain favorable pour étudier l’activité culturelle et religieuse de la Grande Église à Constantinople à cette époque, ses relations avec le pouvoir ottoman, mais aussi, plus largement, à travers la diplomatie des livres, l’histoire des échanges culturels et religieux entre l’empire ottoman et l’Europe.

Le colloque fait partie d’un programme plus large sur les bibliothèques grecque dans l’empire ottoman, conduit par l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris, qui porte sur l’héritage culturel de Byzance après 1453. L’objectif scientifique est de parvenir à une meilleure compréhension du sort et du rôle des bibliothèques grecques dans l’empire ottoman et, par conséquent, de contribuer à faire émerger de nouvelles questions et de nouvelles méthodes dans le champ de l’histoire des livres et des bibliothèques grecques. Un premier colloque intitulé “The Greek libraries in the Ottoman Empire (16th-20th c.): New Perspectives” s’est tenu à l’Université de Crète les 26 et 27 mai 2015. Il a porté sur l’histoire des bibliothèques et la circulation des livres grecs dans l’empire ottoman, en s’ouvrant sur une période plus récente (16e-20e s.)

Voici le Programme du colloque d’Istanbul ; les résumés sont accessibles à partir du titre de chaque communication.

Wednesday October 14 (Theological School, Halki)

10:30-10:45 Salutation by His All-Holiness Bartholomaios, Ecumenical Patriarch of Constantinople

Inaugural Session
10:45-11:00 Welcome by His Eminence Elpidophoros, Metropolitan of Bursa, Abbot of the Holy Trinity
11:00-11:30 Introduction of the conference by André Binggeli & Matthieu Cassin (IRHT-CNRS, Paris)
11:30-12:15 Dimitris Apostolopoulos (Nat. Hellenic Research Foundation, Athens), Μητροφάνης Γ´ πατριάρχης και λόγιος

14:00-15:00 Visit of the Theological School and its Library

Monasteries on the Princes Islands
15:00-15:45 Alessandra Ricci (Koç University, Istanbul), Byzantine-period monastic foundations on the Princes Islands and vicinities: an overview
15:45-16:30 Jean-Pierre Grélois (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris) and Alexis Chryssostalis (IRHT-CNRS, Paris), The Patriarchate of Constantinople and the Princes Islands through Western travellers eyes

Ste-Trinité16

Thursday October 15 (RCAC, Koç University)

9:00-9:15 Welcome by Engin Akyürek, director of the Koç University-Stavros Niarchos Foundation, Center for Late Antique and Byzantine Studies at RCAC

The Patriarchate in the 16th century and its monasteries

9:15-10:00 Dean Sakel (Türk Tarih Kurumu), The Greek chronicles of the 16th century and the Patriarchate of Constantinople
10:00-10:45 Paraskevas Konortas (University of Athens), The Patriarchate of Constantinople in the Ottoman sources
10:45-11:15 Coffee break
11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)
12:00-12:45 Youli Evangelou (National Hellenic Research Foundation, Athens), «τὸ ἐν τῇ νήσῳ Χάλκῃ… μοναστήριον… ὁ… Μητροφάνης… ἀνήγειρεν». Foundations and Reconstructions of Monasteries in the Ottoman Empire in the 16th Century

The Patriarchal Library and libraries of Patriarchs

14:00-14:45 Marie-Hélène Blanchet (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)
14:45-15:30 Matthieu Cassin (IRHT, CNRS, Paris), History of the monastery of the Holy Trinity and its Library
15:30-16:00 Coffee break

Constantinople, Jerusalem, Athos

16:00-16:45 Vassa Kontouma (EPHE, Paris), Les livres de Dosithée II de Jérusalem et la Bibliothèque du Métochion du Saint-Sépulcre au 17e siècle
16:45-17:30 Kriton Chryssochoïdis (National Hellenic Research Foundation, Athens) Book donations to Athonite Monasteries and the early formation of their libraries
17:45-18:30 Dieter Reinsch (Freie Universität Berlin), The Greek Manuscripts collected in the Library of the Sultan
19:00 Cocktail

Ste-Trinité58

Friday October 16 (IFEA)

9:00-9:15 Welcome by Jean-François Pérouse, director of the Institut français d’études anatoliennes

Copying and restoring books in Constantinople

9:15-10:00 Marie Cronier (IRHT-CNRS Paris), Copie et restauration de manuscrits à la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)
10:00-10:45 Paul Géhin (IRHT-CNRS, Paris), Scribes du milieu patriarcal
10:45-11:15 Coffee break

Occidental travellers and books

11:15-12:00 Christian Gastgeber (Austrian Academy of Sciences, Vienna), Ogier Ghislain de Busbecq et ses manuscrits grecs du Patriarcat de Constantinople
12:00-12:45 André Binggeli & Pierre Augustin (IRHT-CNRS, Paris), Usage et dispersion vers l’Europe des manuscrits de la Sainte-Trinité
13:00-13:30 Conclusions

Localisation

La séance du mercredi 14 octobre aura lieu à l’École théologique de Halki.

 

La séance du jeudi 15 octobre aura lieu au Koç University Research Center for Anatolian Civilizations : İstiklal Caddesi No: 181 Merkez Han 34433 Beyoğlu, İstanbul.

La séance du vendredi 16 octobre aura lieu à l’Institut français d’études anatoliennes : Institut Français d’Études Anatoliennes
Palais de France, Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54, 34433, Beyoğlu, Istanbul.
ATTENTION : Pour l’accès à l’IFEA, qui se trouve dans les locaux consulaires, prévoir une pièce d’identité ; merci d’arriver un peu en avance le vendredi, le temps de passer le contrôle de sécurité à l’entrée.

Back to Istanbul : mission de catalogage, juin 2015

La dernière semaine de juin, une cinquième mission de catalogage a été menée sur le fonds de la Sainte-Trinité à la bibliothèque du Patriarcat œcuménique à Istanbul. André Binggeli, Matoula Kouroupou et Matthieu Cassin ont poursuivi la description des manuscrits du fonds et commencé les vérifications.

DSC_0121

En effet, le catalogage des 147 cotes du fonds – mais quelques manuscrits ne sont plus présents aujourd’hui – est maintenant bien avancé : cette mission a permis d’étudier les derniers manuscrits qui n’avaient pas encore fait l’objet d’un examen direct. Elle a également été l’occasion de commencer les vérifications des notices déjà rédigées, en particulier pour les manuscrits qui ont été présentés lors des séances collectives mensuelles de travail sur le catalogue. Malgré l’attention portée lors du premier examen d’un manuscrit in situ, des détails échappent toujours, que seule la mise en forme de la notice de catalogue permet de mettre au jour : non concordance entre une lacune textuelle et la structure d’un cahier, filigrane d’un feuillet de garde non relevé, note dont le déchiffrement sur photographie reste incertain, incertitude sur l’existence d’un changement de main ou d’une simple variation d’écriture par un même copiste, etc. Cette partie du travail, assez différente de l’étude initiale des manuscrits, offre rarement le même plaisir de la découverte, mais permet de s’assurer du bon emboîtement de toutes les pièces du puzzle, dans la mesure du possible.

Trin49f1

Un manuscrit qui n’avait pu être examiné jusqu’à présent, le Sainte-Trinité 49, a été décrit en détail. Il s’agit de Ménées de décembre, signé et daté par Joasaph des Hodèges en 1372/1373. L’un des sparagmata a pu y être replacé. Il est en outre intéressant pour l’histoire de la bibliothèque, dans la mesure où la note de possession qu’il comporte comprend la traditionnelle mémoire de Métrophane, mais aussi, de la même main et ajouté au-dessus de la ligne, le nom d’Euthyme, qui fut sûrement higoumène du monastère après Métrophane (pendant l’un des patriarcat de celui-ci, ou après sa mort).

DSC_0999

Le travail sur les sparagmata (fragments détachés des manuscrits de la bibliothèque), commencé lors de la mission précédente, s’est également poursuivi. La description du premier lot, qui concerne principalement des manuscrits anciens, est presque achevée. Un évangéliaire presque complet, mais non relié et en désordre, a été étudié et remis en ordre. Le second lot, qui comporte pour l’essentiel des fragments de manuscrits récents qui doivent pour la plupart provenir du fonds de l’École théologique, a été examiné plus sommairement.

La mission a également été l’occasion de préparer le colloque qui se tiendra à Istanbul en octobre de cette année (14-16 octobre) sur le thème suivant : « Autour de la Sainte-Trinité de Halki : bibliothèques grecques à Constantinople à l’époque du patriarche Métrophane III ». Les séances du jeudi et du vendredi auront lieu respectivement au Research Center for Anatolian Civilizations de l’Université Koç et à l’Institut français d’études anatoliennes. Nous avons reçu un accueil très chaleureux de nos partenaires et avons pu régler l’essentiel des détails pratiques.

P1040481

L’organisation de la première journée du colloque, qui sera accueillie à l’École théologique de Halki, aux lieux mêmes du monastère de la Sainte-Trinité, a été évoquée par André Binggeli avec le supérieur du monastère, le Métropolite de Pruse. Ce bref séjour sur place a également été l’occasion de poursuivre, dans la bibliothèque des imprimés de l’École, la recherche des livres anciens décrits dans les inventaires du 19e siècle, et en particulier ceux qui sont susceptibles de provenir du monastère, avant la fondation de l’École théologique en 1844. En effet, si les manuscrits se trouvent aujourd’hui tous rassemblés au Patriarcat au Phanar, les imprimés sont, eux, restés sur place et les deux fonds, celui du monastère et celui de l’École, ont été mêlés.Café devant le Métochion

Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739)

Le dernier folio du corps d’un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, le gr. 739, récemment mis en ligne sur le portail Gallica, a été renforcé dans l’angle inférieur externe par un fragment de parchemin. Le codex comprend les Homélies sur la Première épître aux Corinthiens de Jean Chrysostome et est datable de la deuxième moitié du 10e s. Il sera prochainement décrit dans le deuxième volume des Codices chrysostomici graeci consacré aux bibliothèques de France, actuellement en préparation1. Le livre a été rapporté de Constantinople par François Sevin lors de sa mission de 1728-17302.

Le fragment de la p. 690 porte encore quelques lignes d’un texte écrit en majuscule (ogivale inclinée), qu’on peut sans doute dater des 8e-9e s. L’autre face du fragment (p. 689) est trop effacée pour être déchiffrée à l’œil nu ; une main postérieure a complété la fin des vers sur Jean Chrysostome, qui avaient été amputés par la perte de l’angle inférieur du folio.  Un rapide examen du verso de ce fragment permet d’identifier le texte.

Grec 739
Grec 739
Source: gallica.bnf.fr

Il s’agit d’un court fragment de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys : ἀσπασ]μός – τελειώσεσιν (110, 22-111, 3)3. On distingue encore deux lignes supplémentaires, qu’on pourrait sans doute déchiffrer directement sur le document. 22 lignes de texte sont conservées en tout ou partie ; le titre de section est précédé d’une ligne réglée, laissée vierge. Les lignes comportaient 12 lettres en moyenne et sont amputées généralement de 3 à 5 lettres (la bande de parchemin ayant été placée en diagonale, la portion de texte conservée est plus étroite dans la partie haute). Le manuscrit devait comporter deux colonnes.

Par sa taille, le fragment est de peu d’importance pour l’établissement du texte, par ailleurs bien connu. On ne relève pas de variante sur les quelques lignes conservées. On notera cependant que le titre Θεωρία est bien présent (111, 1) et rubriqué. La section commençait par une majuscule rubriquée en retrait dans la marge externe.

La même page du manuscrit comporte une note ancienne, qui a été grattée. Son déchiffrement fera l’objet d’une prochaine enquête.

Pour citer cet article : Matthieu Cassin, « Un fragment en majuscule de la Hiérarchie ecclésiastique du Pseudo-Denys (Paris, BnF, gr. 739) », Manuscrits en Méditerranée, 10 février 2015, http://manuscrits.hypotheses.org/462.
  1. Voir le premier volume paru : P. Augustin, avec la collaboration de J.-H. Sautel, Codices chrysostomici graeci. VII, Codicum Parisinorum partem priorem (Documents, études et répertoires 80), Paris, 2011. []
  2. H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1902, II, p. 1113. []
  3. Édition G. Heil, A. M. RItter, Corpus Dionysiacum. II, Pseudo-Dionysius Areopagita, De Coelesti hierarchia, De ecclesiastica hierarchia, De mystica theologia, Epistulae (PTS 36), Berlin, New York, 1991, 2e édition 2012. []

Manuscrits de l’Institut français d’études byzantines

En 1895, à Constantinople, les Augustins de l’Assomption fondèrent à Kadiköy une maison d’étude destinée à former des missionnaires de rite grec mais aussi à étudier le christianisme oriental afin d’en préparer le retour à l’unité1.

Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)
Maison assomptionniste de Kadiköy (2014)

Cette perspective conduisit à la naissance en son sein d’un groupe de savants qui se spécialisèrent peu à peu dans les études byzantines2. En 1897 furent fondés les Échos d’Orient, périodique destiné en particulier à diffuser ces recherches. Après les années d’interruption causées par la première guerre mondiale, l’Institut poursuivit son existence à Kadiköy jusqu’en 1937, date à laquelle il fut transféré à Bucarest, avant de devoir quitter la Roumanie en 19473.

Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)
Centre assomptionniste de Bucarest (AAR, 2DV913)

Après diverses localisations parisiennes, la bibliothèque et l’activité scientifique sont hébergées depuis 1995 à l’Institut catholique de Paris ; le fonds de l’IFEB constitue, avec la BOSEB, la Bibliothèque Jean de Vernon, où sont hébergées les activités de l’association. Outre une importante collection d’imprimés, dont nombre de livres anciens et précieux4 et une importante collection de sceaux, la bibliothèque possède 72 manuscrits, dont la première description est publiée dans la Revue des études byzantines de 2014 par André Binggeli, Matthieu Cassin et Vassa Kontouma5.

Le fonds, qui n’avait fait l’objet jusqu’à ce jour que de descriptions partielles6 comprend 57 manuscrits grecs (IFEB 1-56, 72), trois manuscrits turcs en caractères grecs (57-58) ou arméniens (61), deux russes (59-60), deux ottomans (62, 64), un arabe (63), deux en latin (65-66), quatre italiens (67-70), un français (71). La plupart de ces livres ont été acquis durant le séjour des Assomptionnistes byzantinistes à Kadiköy ; d’après deux lettres et rapports de S. Salaville, datées du 16 février et du 8 mai 1928, l’institut aurait possédé à cette date une trentaine de manuscrits, qui auraient tous été acquis dans les 5 ou 6 années précédentes7 . Quelques volumes rejoignirent plus tard la collection, en provenance des dossiers laissés par Louis Petit8, d’autres vinrent de Russie avec la bibliothèque de Pie Neveu (1877-1946)9 ou furent acquis à Bucarest (IFEB 37).

Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)
Monseigneur Louis Petit (AAR 2DV906)

Les manuscrits grecs forment un ensemble assez varié, mais où prédominent largement les livres récents : à part un recueil ascétique des 13e-14e s. (IFEB 45) et un praxapostolos du 15e s. (IFEB 5), ainsi que quelques codices du 16e s., la majorité des manuscrits a été copiée entre la fin du 17e et le 18e s. ; les plus récents datent du 20e s.

IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 45, ff. 34v-35
IFEB 5, ff. 105v-106
IFEB 5, ff. 105v-106

On distingue cinq ensembles principaux, pour ce qui est du contenu des volumes : des livres liés à l’enseignement, mathèmataria ou compositions d’enseignants ; textes théologiques, le plus souvent post-byzantins ; droit canon ; liturgie et musique ; textes ascétiques ou spirituels. Dans la première catégorie, plusieurs fournissent des informations neuves sur certaines écoles majeures (Μεγάλη τοῦ Γένους Σχολή IFEB 24, Patmos IFEB 12, etc.), ou au contraire sur des institutions moins connues (ainsi de l’école de Kontoskali dans le quartier de Kumkapı à Constantinople, pour l’IFEB 18).

On peut aussi signaler un livre d’atelier contenant le Guide du peintre de Denys de Phourna, truffé d’ajouts et d’annotations qui permettent de retracer son utilisation sur près de deux siècles (IFEB 19) ; des fragments d’une Chaîne sur l’Octateuque précédant de peu la vaste entreprise d’édition de ce texte dans la Constantinople du 18e siècle (IFEB 1) ; un recueil d’histoires sacrées et profanes contenant une paraphrase néohellénique du Roman de Stéphanitès et Ichnèlatès de Théodose Zygomalas (IFEB 34), recueil dont on peut suivre, grâce à de riches annotations, le destin mouvementé depuis Constantinople jusqu’à Sozopolis et aux abords de la mer Noire ; une copie qu’on a longtemps crue perdue du « Cartulaire A » du monastère de Saint-Jean Prodrome sur le mont Ménécée (IFEB 25).

IFEB 25, ff. 2v-3
IFEB 25, ff. 2v-3

Nombre des manuscrits sont datés et signés ; de ce fait, la seule étude qui ait jusqu’à présent pris en compte l’ensemble de la collection est le répertoire des copistes des 17e et 18e s. de L. Politis publié par M. Politi10. Ils portent également de nombreuses notes de possession ou d’usage, qui apportent des renseignements significatifs sur un certain nombre d’institutions hellènes dans l’Empire ottoman. Quelques-uns proviennent d’institutions bien connues, comme l’Hellenikos philologikos syllogos (IFEB 52), la bibliothèque de la communauté grecque de Gallipoli (IFEB 34) ou encore le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (IFEB 25), et surtout un lot de six manuscrits venant du Phrontistèrion de Trébizonde (IFEB 2, 3, 5, 6-7, 33, 45).

Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde
Cachet du Phrontistèrion de Trébizonde

La provenance des manuscrits non grecs est plus diverse encore. Les deux karamanlis sont venus par l’intermédiaire du P. Bernardin Menthon11. Les manuscrits russes (IFEB 59-60), le traité latin de rhétorique provenant du séminaire de Tver (IFEB 65) ainsi que le dossier français (IFEB 71), proviennent de Moscou et plus précisément de la paroisse Saint-Louis-des-Français. L’IFEB 65 en porte en effet le cachet et l’IFEB 71 est aussi lié à l’histoire de cette paroisse. L’IFEB 66, traité melkite traduit en latin par Joseph Simon Assemani, a peut-être fait partie de l’éphémère « Bibliothèque-musée de l’Union » prévu un temps à Kadiköy et qui semble n’avoir jamais véritablement fonctionné. Enfin, un petit lot (IFEB 67-69) est constitué par des copies modernes des archives du Collegio greco de Rome, réalisées pour Émile Legrand et ont été transmises à Louis Petit à la mort du grand helléniste, pour que l’Assomptionniste poursuive, avec Hubert Pernot, la célèbre Bibliographie hellénique12.

L’inventaire qui paraît dans le numéro 2014 de la Revue des études byzantines vise avant tout à faire connaître les richesses de ce fonds et à susciter des études plus approfondies sur nombre de manuscrits qui requièrent un examen beaucoup plus complet.

  1. La paroisse est toujours confiée aux Assomptionnistes. []
  2. Pour l’histoire de l’institut, voir en particulier A. Failler, « Le centenaire de l’Institut byzantin des Assomptionnistes », Revue des études byzantines 53, 1995, p. 5-40. []
  3. Les bâtiments ont depuis été restitués aux Assomptionnistes qui y ont rouvert un centre Saint-Pierre Saint-André, qui n’a cependant pas conservé sa vocation scientifique. []
  4. Voir par exemple la présentation de la Bible de Moscou de 1663 par V. Kontouma. []
  5. A. Binggeli, M. Cassin, V. Kontouma, « Inventaire des manuscrits de l’Institut français d’études byzantines », REB 72, 2014, p. 5-128, avec 16 planches couleurs. []
  6. Voir en particulier P. Géhin, « Le plus ancien manuscrit grec de l’Institut français d’études byzantines (IFEB 45) », REB 53, 1995, p. 289-293 ; S. Patri, « Les deux manuscrits russes de l’Institut français d’études byzantines », REB 51, 1993, p. 185-201, et également le billet consacré par V. Kontouma à l’IFEB 1. []
  7. Lettres conservées aux archives de la maison généralice des Assomptionnistes à Rome, 2DB401 et 2DC213. L’auteur signale toutefois qu’il y a pu y avoir des acquisitions antérieures, qui n’ont pas laissée de trace : on pense en particulier à la figure de Louis Petit, fondateur de l’Institut et grand pourvoyeur de sa bibliothèque ; voir aussi la nécrologie de 1928 et l’article paru à l’occasion de sa nomination comme archevêque d’Athènes en 1912. []
  8. On sait que l’essentiel de sa bibliothèque, dont environ 80 manuscrits, fut acheté par la Bibliothèque Vaticane en 1926 : voir F. D’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, I (Studi e testi 466), Città del Vaticano, 2011, p. 608-609 ; S. Lilla, I manoscritti vaticani greci: lineamenti di una storia del fondo (Studi e testi 415), Città del Vaticano, 2004, p. 116-128 ; A. Wenger, « Comment le fonds Petit est entré à la Bibliothèque vaticane », dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des “Échos d’Orient”, archevêque latin d’Athènes (1868-1927). Actes du Colloque, Rome, 15-17 décembre 1997 (OCA 266), Roma, 2002, p. 131-147 ; cependant, certains manuscrits, comme les IFEB 8 et 25, viennent des dossiers qui sont passés aux Assomptionnistes. []
  9. Voir la nécrologie assomptionniste et A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. []
  10. L. Politis et M. Politi, « Βιβλιογράφοι 17ου-18ου αἰῶνος. Συνοπτικὴ καταγραφή », Δελτίο τοῦ ἱστορικοῦ καὶ παλαιογραφικοῦ ἀρχείου 6, 1994, p. 313-645. []
  11. Notice nécrologique assomptionniste. []
  12. On en a la confirmation dans une lettre de Mme veuve Legrand à Petit, du 3 février 1904, conservée dans les archives de l’IFEB à Paris. Le dossier épistolaire Petit-Legrand sera prochainement publié. []