Manuscrits, littérature et histoire religieuse: Le Congrès annuel de la SBL, novembre 2015, Atlanta

Le Congrès annuel de la Society of Biblical Literature (SBL) – en association avec l’American Academy of Religion (AAR) – se tenait cette année dans le sud des États-Unis, en Géorgie, à Atlanta, du 21 au 24 novembre. L’ensemble des thèmes consacrés à la littérature biblique y étaient abordés, y compris le programme dédié à la critique textuelle du Nouveau Testament qui proposait trois sessions.

Hotel Hyatt Regency, Lobby Level, Atlanta (2)
Atlanta, Hotel Hyatt Regency, Lobby Level
© Didier Lafleur

Manuscrits pourpres et critique textuelle

Concernant les sources grecques, plusieurs manuscrits ont été particulièrement mis en lumière. Elijah Hixson (University of Edinburgh), a ainsi mis l’accent sur le codex Sinopensis (Paris, BnF, Supplément grec 1286), l’un des rares manuscrits grecs copiés en écriture majuscule sur parchemin pourpre. Daté du 6ème siècle, ce manuscrit, acquis en 1894 par un officier français à Sinope (Turquie), fut publié par Henri Omont en 1900[1], et sa parenté textuelle hâtivement classée par Hermann von Soden[2]. L’enquête d’Elijah Hixson, « Real or Perceived Scribal Habits ? Assessing the ‘Singular Readings Method’ with Codex Sinopensis (Gregory-Aland O.023) », proposait pour la première fois une approche détaillée des leçons de ce luxueux manuscrit sur la base de la Singular Readings Method, un processus critique permettant de mieux cerner les variantes propres d’un document. Prenant en compte la parenté textuelle précédemment établie, Hixson a mis en parallèle les leçons de deux autres manuscrits pourpres: le codex Petropolitanus (Gregory-Aland N.022, Sankt-Peterburg, Rossijskaja Nacional’naja biblioteka (RNB), Ф. N°906, Gr. 537 [Granstrem 18]), et le codex Rossanensis (Gregory-Aland Σ.042, Rossano Calabro, Museo Diocesano di Arte Sacra, Ms. 1). Sur la base de collations réalisées à partir du facsimilé, Elijah Hixson a montré l’incertitude de la méthode appliquée, soulignant à la fois la complexité à construire un stemma reliant ces trois luxueux manuscrits. Comme cela avait été évoqué lors de la conférence de San Diego en 2014 à propos du codex Beratinus 1 (Gregory-Aland Φ.043, Tiranë, Arkivi Qendror Shtetëror, Drejtoria e Përgjithshme e Arkivave, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 1), l’étude du codex Sinopensis souligne un peu plus la fluidité des textes copiés au 6ème siècle, y compris sur parchemin de grande valeur.

Paris, BnF, Supplément grec 1286, ff. 28v-29r
Paris, BnF, Supplément grec 1286
© Bibliothèque nationale de France

Sources grecques

À nouveau cette année, était à l’honneur un groupe de manuscrits grecs, copiés en écriture minuscule, au texte bien repéré – particulièrement pour l’évangile de Marc: la Famille 1. Identifiée dès le début du 20ème siècle comme l’un des témoins de premier ordre du Nouveau Testament, ce groupe suscite depuis quelques années un renouveau rare au sein des études critiques néotestamentaires (Amy S. Anderson, Alison Welsby[3]). À Atlanta, Jessica Shao (University of Minnesota-Twin Cities), s’est particulièrement attachée à l’analyse des manuscrits dits « du groupe de Venise »: Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 5 (Gregory-Aland 205), et Biblioteca Nazionale Marciana, Gr. Z 6 (Gregory-Aland 2886), cherchant à savoir lequel était le modèle de l’autre. Au-delà de la controverse avec les précédentes études, la recherche de Jessica Shao montre la pertinence et la pérennité de cet axe de recherche depuis la mise en lumière de cette famille par Kirsopp Lake au siècle dernier.

Post020
Collection New Testament Tools and Studies XXXII, Leiden-Boston: Brill, 2004.

Parmi les autres présentations consacrées aux manuscrits, notons la communication de Darius Müller (Kirchliche Hochschule Wuppertal/Bethel), sur le texte de l’Apocalypse dans un manuscrit du monastère des Météores, Μονὴ Μεταμορφώσεως 573 (Gregory-Aland 2329 et 2351). Prenant appui sur la récente édition de Panayiotis Tzamalikos (An Ancient Commentary on the Book of Revelation, CUP, 2013), et sur ses propres collations, Darius Müller a posé la question de la parenté exacte des deux manuscrits et de leur filiation au sein de la tradition textuelle de l’Apocalypse.

Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
Hotel Marriott Marquis, Lobby Level, Atlanta
© Didier Lafleur

Histoire religieuse

L’organisation conjointe de la Society of Biblical Literature et de l’American Academy of Religion, offrait cette année encore de multiples opportunités d’échanges et de contacts au sein même de l’histoire religieuse, à l’intérieur et à l’extérieur du monde chrétien. Sous les auspices de l’AAR s’est tenue une session consacrée à la Société Internationale d’Études sur Alfred Loisy, dont le thème « Contexts and Criticism of Loisy’s Ecclesiology » abordait le rôle de ce prêtre catholique français, excommunié par Rome en 1908, et qui fut au centre de la crise moderniste dès la fin du 19ème siècle. Au nombre des intervenants, notons les communications de Charles J. T. Talar (University of Saint Thomas, Houston) sur les relations entre Alfred Loisy et Pierre Batiffol, prélat français déjà évoqué dans les colonnes de ce blog à propos des manuscrits grecs et latins, et celle de Danny Praet (Université de Gand) sur l’édition prochaine de la correspondance entre Franz Cumont et Loisy.

Entre actualité des Humanités digitales et recherche biblique, manuscrits grecs et littérature religieuse, le millésime 2015 offrait en outre, sous les auspices de l’AAR, la réalisation d’un mandala fait de sables colorés, exécuté par les moines tibétains du monastère de Drepung Loseling, Atlanta. Cette œuvre éphémère, composée au cours des quatre journées du congrès et détruite lors de la cérémonie de clôture, était à l’image de la recherche biblique : impermanente et pérenne.

AAR, Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
Drepung Loseling Monastery, Mandala Sand Painting
© Luc Brogly

Luc Brogly – Didier Lafleur (IRHT, CNRS)

[1] Notice sur un très ancien manuscrit grec de l’Évangile de saint Matthieu en onciales d’or sur parchemin pourpré et orné de miniatures conservé à la Bibliothèque nationale (N°1286 du Supplément grec), tiré des Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. XXXVI, Paris: Librairie C. Klincksieck, 1900.

[2] Die Schriften des Neuen Testaments in ihrer ältesten erreichbaren Textgestalt hergestellt auf Grund ihrer Textgeschichte. I. Teil, Untersuchungen, II. Abteilung: Die Textformen, A. Die Evangelien, Berlin: Arthur Glaue, 1907, p. 1245-1259.

[3] A Textual Study of Family 1 in the Gospel of John, Arbeiten zur Neutestamentlichen Textforschung 45, Berlin-Boston: De Gruyter, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *