M. Cronier, Copie et restauration des manuscrits dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)

Friday, October the 16th

9:15-10:00 Marie Cronier (IRHT-CNRS Paris), Copie et restauration de manuscrits à la bibliothèque de la Sainte-Trinité (16e-19e s.)

Cette communication souhaite mettre en évidence la manière dont les manuscrits ont été réalisés et, surtout, restaurés au fil des siècles dans la bibliothèque de la Sainte-Trinité. On s’appuiera essentiellement sur l’étude des souscriptions (peu nombreuses), des restaurations et autres interventions (ajout de pinax, de pagination, de notes diverses), ainsi que des reliures et des gardes. Seront ainsi mises en évidence différentes phases au cours desquelles on a porté aux livres un soin particulier, entre de longues périodes où ils semblent avoir été davantage négligés.

Contrairement à ce qui se passe dans le monastère voisin, celui de la Panaghia, il ne semble pas y avoir eu d’importante activité de copie de manuscrits à la Sainte-Trinité de Chalki. On n’a relevé pour l’instant qu’une exception, au moment de la refondation (milieu du 16e siècle) où au moins deux manuscrits sont explicitement copiés pour le monastère à l’instigation de Métrophane qui en était alors l’higoumène : encore n’est-il pas certain que la copie soit à situer dans le monastère même. Dans les décennies qui ont suivi, en revanche, un nombre considérable de manuscrits reçoivent une nouvelle reliure ; on récrit, sur des folios de réfection, les parties de textes qui étaient mutilées ; on ajoute aussi, assez souvent, des pinax. Une analyse des écritures et des papiers permet d’assigner toute cette activité à un même cercle de copistes et à une même époque. Elle atteste la vitalité de la bibliothèque dans la seconde moitié du 16e siècle, au moment précisément où en est dressé son premier inventaire.

Pour les siècles suivants, en revanche, les indices de restauration sont beaucoup plus ponctuels, mais existent bien. On en proposera quelques exemples.


Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *