M.-H. Blanchet, Présence et usage de livres au patriarcat de Constantinople durant la seconde moitié du XVe et la première moitié du XVIe siècle

Thursday, October the 15th

Marie-Hélène Blanchet (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), Books and their use in the Patriarcate of Constantinople (1453-ca. 1550)

Alors que le rétablissement du patriarcat de Constantinople au début de l’année 1454 sur l’ordre du sultan Mehmed II ne fait aucun doute, on ne dispose que de très peu d’informations pour comprendre comment fonctionne dès lors l’institution ecclésiastique, notamment en ce qui concerne ses besoins documentaires. Une bibliothèque patriarcale a-t-elle été aussitôt reformée, sur le modèle de celle dont on suppose l’existence à l’époque byzantine ? Les livres, même s’ils ont été massivement détruits, revendus, et emportés à l’étranger lors de la prise de Constantinople, ne sont certes pas absents de l’Église orthodoxe restaurée : en matière liturgique comme canonique, ils sont indispensables à la pratique quotidienne. Au-delà de ce type d’ouvrages, les œuvres écrites par des dignitaires patriarcaux de la fin du xve et du début du xvie siècle attestent que leurs auteurs ont pu avoir accès à de nombreux textes, tant théologiques que classiques. Mais ils semblent avoir travaillé plutôt à partir de leur collection personnelle que dans le cadre d’une bibliothèque dont on ne trouve aucune mention pour cette période.


Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *