V. Tchensova, Les monastères des Îles des Princes et le monde slave (16e-17e s.)

Thursday, October the 15th

11:15-12:00 Vera Tchensova (Orient et Méditerranée, CNRS, Paris), The Princes Islands and the Slavic World (16th-17th c.)

Les archives russes recèlent des sources documentaires attestant des liens entre les communautés monastiques des Îles des Princes et le monde slave, notamment la Russie moscovite et les hetmans de la Horde Zaporogue. Cette documentation offre l’opportunité d’approfondir notre connaissance de l’histoire des communautés monastiques insulaires au XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

L’époque voit en effet une transformation essentielle dans les relations entre Moscou et ces monastères. Alors qu’auparavant, les moines des Îles des Princes se contentaient de recevoir de rares aumônes du tsar au même titre que tant d’autres sanctuaires de l’Orient chrétien, les communautés insulaires prennent alors l’initiative d’envoyer des représentants dans la capitale russe en quête de subsides.

Des recherches effectuées dans les fonds des Archives nationales des actes anciens de la Russie à Moscou ont livré plusieurs documents attestant les activités des envoyés de ces communautés. On s’appuiera notamment sur l’importante documentation en langue russe (qui compte entre autres des traductions de documents grecs) relative à plusieurs voyages accomplis par les moines, ainsi que sur quelques originaux grecs, dont deux lettres de recommandation patriarcales, apportés à Moscou par les frères. Plusieurs groupes de documents peuvent retenir l’attention, relatifs aux représentants des monastères de l’Assomption de Chalki (Panaghia Kamariotissa), datés de 1643, 1651 et 1713, de la Sainte-Trinité de Chalki dit Ésoptron (1691) ou encore du monastère de la Transfiguration de Proti (1652, 1687 et 1702), bien que les documents concernant la demande adressée en 1799 aux autorités russes par les moines de la Sainte-Trinité en vue d’obtenir le renouvellement des aumônes promises dans un privilège octroyé en 1691 demeurent inaccessibles.

Cette abondante documentation relative aux déplacements des moines des Îles des Princes en quête de subsides permet de jeter un regard neuf sur de nombreux aspects de l’histoire des monastères et sur leurs tentatives pour lever des fonds de Moscou jusqu’à Londres. On s’intéressera ici au premier chef aux légendes de fondation et aux descriptions des problèmes quotidiens des communautés, ainsi qu’à leurs rapports avec les autorités ottomanes et les patriarches de Jérusalem au cours du xviie et au début du xviiie siècle.


Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *