Projet ANR i-Stamboul

En janvier 2013 débute un projet ANR, i-Stamboul : Réseau numérique pour la reconstitution des bibliothèques grecques d’Istanbul (2013-2015). Porté par la section grecque et de l’Orient chrétien de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) et dirigé par André Binggeli, ce projet est réalisé en collaboration avec le département de philologie, section de paléographie, de l’Université de Crète, ainsi qu’avec plusieurs chercheurs d’autres institutions.

Ce projet a pour objet la reconstitution virtuelle du corpus de manuscrits grecs (environ 200) que Métrophane III, patriarche de Constantinople, a rassemblés au 16e siècle pour former la bibliothèque du monastère de la Sainte-Trinité, sur l’île de Chalki au large de la capitale. Le noyau de cette collection est aujourd’hui conservé au Patriarcat oecuménique à Istanbul, tandis qu’une part importante a été dispersée dès la seconde moitié du 16e siècle, en particulier par des voyageurs occidentaux en quête de manuscrits, et se trouve actuellement dans différentes bibliothèques d’Europe et d’Amérique. Outre l’intérêt que présente ce corpus du fait de sa cohérence et de la qualité des manuscrits qui le composent, la bibliothèque de la Sainte-Trinité constitue un cas d’étude remarquable, car c’est, dans le domaine oriental, l’une des rares bibliothèques anciennes dont on peut reconstituer assez fidèlement la collection d’origine et l’histoire depuis le 16e jusqu’au 20e siècle. On dispose en effet, pour la reconstitution historique, de  plusieurs inventaires anciens, de mentions dans des récits de voyages et de notes de possession sur les manuscrits eux-mêmes.

Pour reconstituer cette bibliothèque, il est prévu de développer et de mettre en réseau des outils informatiques adaptés à l’analyse des manuscrits et à l’histoire des bibliothèques de manuscrits grecs, qui permettront la reconstitution de ce corpus. Au centre de ce réseau numérique se trouve la base de données Pinakes, qui recense tous les manuscrits grecs existant actuellement dans les bibliothèques du monde entier. Elle sera développée afin de mieux s’adapter aux objets décrits, mais également complétée par un module de catalogue en ligne des manuscrits, qui utilise le balisage TEI, ainsi que par une publication d’inventaires anciens pourvus eux aussi d’un balisage, grâce à un outil développé en partenariat étroit avec l’ANR Biblifram et l’Equipex Biblissima.

Au terme du projet, un site web et plusieurs publications papier permettront la reconstitution de la bibliothèque en ses différents états et offriront une nouvelle description des manuscrits, ainsi qu’une galerie en ligne des images de ces manuscrits ; les journaux de voyage qui concernent l’île de Chalki et les manuscrits qui s’y sont trouvés pendant la période étudiée seront également publiés en ligne, partiellement ou totalement, et éventuellement traduits. La reconstitution s’accompagnera d’une analyse du contexte qui a vu naître et évoluer cette bibliothèque. Son histoire sera retracée, notamment à travers la publication et l’étude d’inventaires anciens et de journaux de voyageurs occidentaux.


Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

3 réflexions au sujet de « Projet ANR i-Stamboul »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *