ISMSN : pour des identifiants uniques et stables pour les manuscrits

Alors que plusieurs projets d’identifiants stables des manuscrits existent déjà pour des groupes de livres définis, par langue (par exemple pour le grec, Diktyon) ou par genre, par exemple pour les manuscrits musicaux, la possibilité de créer un identifiant unique pour tous les manuscrits, quels que soient la langue, le contenu et le lieu de conservation, a peu à peu émergée. Les différentes possibilités ont été longuement discutées lors de la journée Manuscript IDs organisée par l’IRHT et Biblissima en avril 2017, et l’IRHT a alors été mandaté pour préparer un premier prototype, tandis que Biblissima se voyait confier la tâche de réfléchir aux modalités pratiques d’agrégation des données autour de cet identifiant (on trouvera ici un relevé des conclusions de cette rencontre). Ce projet a été présenté lors du colloque CENSUS, dont on trouvera ici un résumé de la première et de la seconde journée.

L’utilité de tels identifiants n’est plus à démontrer. Ils permettent de lever toute ambiguïté sur le manuscrit ainsi désigné – alors que la cote, complexe et longue si on veut l’exprimer dans tous ses détails, laisse parfois ouvertes des possibilités de confusion, entre bibliothèques, entre cotes anciennes et nouvelles, entre numéros de catalogue et cote en usage dans la bibliothèque, par exemple. Ils permettent également de mettre en relation de manière simple les différentes ressources électroniques qui les utilisent, au niveau le plus évident qui est celui des manuscrits eux-mêmes. L’utilisation de tels identifiants numériques permet une mise en relation des bases de données, catalogues, bibliothèques numériques, mais aussi un moissonnage des ressources qui en offrent la possibilité (par exemple via un entrepôt OAI-PMH) ou leur interrogation directe via une API.

Un premier prototype a été développé par le pôle numérique de l’IRHT, en particulier par Henri Seng et Cyril Masset. Fondé sur une API afin de faciliter l’interaction avec l’ensemble des autres ressources électroniques, il propose également une interface de consultation publique. La structure en est très simple : les manuscrits sont identifiés par Pays, Ville, Dépôt, Fonds, Cote ; une interface de recherche simple ou complexe est disponible, ainsi qu’un champ de recherche par identifiant. La recherche est facilitée par l’intégration dans le référentiel des formes équivalentes en langues multiples et géonames qui a été rendue possible par le travail antérieur de plusieurs collaborateurs de l’IRHT. Le référentiel actuel dispose de l’ensemble des cotes en usage à l’IRHT, en particulier dans la base de données Medium et dans d’autres bases du laboratoire, en attendant d’être alimenté par l’ensemble des partenaires.

Les fiches fournissent l’identification du manuscrit, son numéro identifiant ISMSN, ainsi qu’une adresse ark. Elles proposent également des liens, qui pour le moment sont issus des bases de données utilisées, mais qui pourront ensuite être librement complétés par les bibliothèques et centres de recherche partenaires, mais également par le travail d’agrégation des ressources en ligne qui a été en particulier confié à Biblissima.

La fiche type présente également les formes alternatives de la cote, qui peuvent être caractérisées (cotes anciennes, cotes catalogues, etc.).

Maintenant, que faire ? Il est évident qu’un tel projet ne pourra se développer que grâce à un large cercle de partenaires, qui dépasse largement ceux qui étaient réunis en avril 2017 ou lors du colloque CENSUS (résumé du premier et du second jour). Il faut maintenant élargir ce premier cercle, le formaliser, et envisager ensemble le développement et la collaboration autour de ce projet. En particulier, les modalités d’alimentation, de vérification et de validation du référentiel doivent être définies de manière commune. En outre, le moissonnage automatisé des ressources électroniques qui utilisent l’identifiant doit être prévu et développé, en particulier par Biblissima.

Enfin, la réflexion doit également être poursuivie afin de traiter des cas limites ou complexes. Le choix a été fait, dans un premier temps, de s’en tenir aux cotes de manuscrit, et de procéder, pour les parties de manuscrits ou les déplacements de manuscrits, en reliant les différentes instances, solution qui a déjà été appliquée avec succès dans plusieurs bases de données (voir par exemple Pinakes, où ce procédé est appliqué tant pour les cotes anciennes que pour les parties de manuscrits). Il faudra bien évidemment discuter en détail de tous les cas limites, qui ne doivent cependant pas venir entraver le processus général.

 

 


Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *