Affiche du colloque CENSUS

CENSUS. Recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays, jour 2

Voici la suite du compte rendu du colloque CENSUS, Reccenser et identifier les manuscrits par langue et par pays. Vous trouverez dans un autre billet le compte rendu de la première journée.

Vendredi 13 octobre, le colloque a été accueilli à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterand, au Petit auditorium.

La séance du matin était consacrée aux recensements des manuscrits par langues, mais cette fois pour les langues vernaculaires.

B. Busch (Universität Siegen) a présenté le Handschriftencensus, recensement des manuscrits en langue allemande du 8e au 15e siècle. Partant de la genèse de ce riche outil, qui recense plus de 20000 manuscrits et près de 6000 œuvres, N. Busch a montré comment le projet est parti d’un travail parallèle et secondaire de passionnés, et de la juxtaposition d’entreprises multiples, pour aboutir maintenant à un financement de longue durée qui permet enfin d’envisager des développements de plus grande ampleur et une mise à jour de l’outil informatique.

M.-L. Savoye (RHT) a présenté la base de données Jonas, consacrée aux traditions manuscrites littéraires françaises et occitanes. La base de données présente actuellement 18567 textes, 18678 manuscrits et 455 imprimés anciens ; elle contient également un très important dépouillement bibliographique pour les textes et les manuscrits. La base de données présente une certaine flexibilité dans les niveaux de description, qui vont du simple signalement du manuscrit jusqu’à une fiche complète de catalogue, y compris au niveau codicologique. La base est en outre utilisée comme un outil de travail et de constitution de corpus par la section romane de l’IRHT.

G. Avenoza (Universitat de Barcelona) a présenté le portail PhiloBiblon, qui couvre les livres et  textes en langues castillane, portugaise et catalane jusqu’au début du 16e siècle, tant manuscrits qu’imprimés. Il regroupe trois bases de données différentes : BETA = espagnol (et dialectes anciens : aragonais, léonais, etc.) ; BITECA = catalan ; BITAGAP = portugais, galicien et ancienne koinè galicio-portugaise. Cet ensemble fournit à la fois un recensement des livres manuscrits ou imprimés, mais aussi une description plus ou moins approfondie des manuscrits, allant pour certains jusqu’à une notice codicologique détaillée et complète. Cet ensemble de ressources est issu d’un processus long, commencé d’abord par des publications papier puis informatisées et enfin mises en ligne.

Sandro Bertelli (Universita degli studi di Ferrara) a présenté le projet I manoscritti della letteratura italiana delle origini, qui consiste en une série de catalogues, publiés uniquement en version papier, et qui décrit en détail les manuscrits écrits en vulgaire italien jusqu’au milieu du 14e siècle. Ont également été ajoutés au projet les simples ajouts textuels en italien dans des manuscrits latins ou en d’autres langues. Les premiers volumes parus concernent Florence, où sont rassemblés la plus grande part de ces livres.

A. Bouwman (Leiden, University Library) et B. Besamusca (Univeristeit Utrecht) ont présenté la Bibliotheca Neerlandica Manuscripta, qui rassemble les manuscrits contenant des textes écrits en moyen néerlandais.  Cette base de donnée a une longue histoire, depuis les travaux de W. de Vreese à la fin du 19e siècle, et s’appuie d’abord sur d’importantes archives papier. Elle contient actuellement la description ou le signalement de 16000 manuscrits, pour 63000 témoins (occurrence d’un texte dans un manuscrit), et 7000 entrées liées à une autorité de personne, de lieu ou d’institution. La base pourrait également inclure, à terme, tous les manuscrits qui ont un lien historique avéré avec la zone linguistique néerlandaise, c’est-à-dire les manuscrits français, allemands, etc. qui ont circulé dans la zone ou y ont été possédés. Se posent d’ailleurs des questions de délimitation linguistique avec le recensement des manuscrits en langue allemande. La nouvelle interface de recherche est construite à partir de facettes, qui permettent de filtrer progressivement les résultats de manière complexe.

A.-M. Turcan Verkerk (SAPRAT, EPHE, IRHT, Biblissima) et R. Robineau (Biblissima) ont présenté l’état d’avancement de l’EquipEx Biblissima, dont les réalisations entrent dans leur phase finale. Ce projet a permis d’une part le financement de nombreux projets de recherche, de numérisation et d’édition de sources liées à l’histoire des bibliothèques, mais aussi la mise en place d’outils électroniques divers (voir la Boîte à outils Biblissima). Enfin, le pool de développement Biblissima a construit, à partir d’exports des bases de données partenaires du projet, une interface de consultation centralisée des données, avec un important travail d’alignement des données issues des différents partenaires et de structuration unifié, appuyé pour la visualisation des images sur une utilisation importante du iiif (voir infra). Un tel projet présente un caractère à la fois pionnier et exploratoire, dans la mesure où il repose sur un travail effectué sur des exports figés de bases de données, catalogues et bibliothèques numériques existants.

C. Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, München) a poursuivi et rassemblé les réflexions entamées depuis le début du colloque autour des questions soulevées par la mise en réseau des ressources et des images des manuscrits. Parcourant les différentes approches, catalogues, autorités, bibliothèques numériques, bases de données spécialisées, C. Fabian a souligne la nécessité de mettre en place rapidement des moyens simples pour permettre au chercheur et à tout utilisateur de naviguer aisément au sein des différentes ressources numériques consacrées aux manuscrits, et rappelé le consensus qui commence à émerger autour de la solution d’identifiants uniques pour les manuscrits.

M. Cassin (IRHT) et H. Seng (IRHT) ont ensuite présenté le projet ISMSN (International Standard Manuscript Number), issu de longues réflexions et, plus récemment, des décisions collectives prises lors de la journée Manuscript IDs (voir ici un relevé de conclusion). L’idée de départ, très simple, est d’attribuer à tous les livres manuscrits (en commençant par les manuscrits médiévaux et modernes) un identifiant numérique stable et non-significatif, qui puisse à la fois être cité dans les publications papier et utilisé comme outil de mise en lien sur la toile. Les manuscrits sont définis et identifiés par leur cote dans la bibliothèque de conservation et les identifiants sont attribués uniquement à ce niveau cote. L’IRHT, mandaté par les partenaires réunies lors de la journée du 26 avril, a donc développé un premier référentiel, structuré par pays, ville, dépôt, fonds et cote, permettant la recherche des manuscrits. Chaque fiche fournit, outre la cote retenue, le numéro identifiant ISMSN, une adresse ark, d’éventuelles formes équivalentes, des liens issus des bases de données, bibliothèques numériques, catalogues partenaires. La structure de l’ensemble est construite à partir d’une API, permettant l’interaction aisée avec de nombreuses ressources web. L’alimentation de ce référentiel, qui a pour le moment été effectuée par l’IRHT à partir de l’important réservoir de cotes qu’il a peu à peu constitué pour les différentes langues et pays, devra bien évidemment être décidée de manière concertée et appuyée sur les partenaires, bibliothèques ou groupements de bibliothèques, institutions de recherches, etc. Une nouvelle rencontre au printemps prochain permettra de progresser en ce sens. On trouvera dans ce billet, ISMSN, une présentation plus détaillée du projet et de son avancement.

Ch. Denoël (BnF) et F. Siri (BnF) ont présenté l’important programme de numérisation et de catalogage financé par la Fondation Polonsky et mené conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la British Library. Consacré aux manuscrits de France et d’Angleterre, 700-1200, le projet prévoit la numérisation de 800 manuscrits (400 dans chacune des deux institutions), leur catalogage mais aussi leur utilisation dans le cadre d’une diffusion culturelle auprès du grand public. Ce projet est également l’occasion de restaurer plusieurs pièces de grande importance parmi les manuscrits retenus.

M. Bonicel (BnF) présente enfin la mise en place du protocole iiif (International Image Interoperability Framework) à la BnF, qui est progressivement intégré aux ressources numériques de la BnF, entre autres à l’occasion du projet financé par la fondation Polonsky. Ce protocole permet une portabilité des images et offre à l’utilisateur la possibilité de ne pas être contraint par le visualiseur utilisé sur le site d’origine. Une telle souplesse permet, grâce à l’utilisation d’un visualiseur compatible comme Mirador, de comparer aisément des images de provenance diverse et de constituer des collections ad hoc.

F. Bougard (IRHT) a conclu ces deux riches journées.


Matthieu Cassin

Chargé de recherche à la section grecque et de l'Orient chrétien de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (CNRS, UPR 841).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *