Archives, manuscrits grecs et présence française en Albanie

Dans la perspective de la prochaine publication de notre étude sur les manuscrits grecs du Nouveau Testament conservés en République d’Albanie, nous avons récemment effectué une nouvelle mission dans cette région des Balkans. En complément aux vérifications philologiques et codicologiques nécessaires, l’un de nos objectifs était d’identifier les manuscrits aujourd’hui présents aux Archives nationales, à Tirana, au moyen des descriptions réalisées par les deux premiers érudits ayant abordé ce fonds à la fin du XIXème siècle: Anthimos Alexoudis, Métropolite de la ville albanaise de Bérat, et Monseigneur Pierre Batiffol. Parallèlement à ces recherches, nous avons été invités à participer à deux journées d’étude, l’une sur les archives et documents d’histoire en terre albanaise, l’autre sur les relations entre la France et l’Albanie.

Comme cela a été rappelé lors de précédents billets sur ce même blog, le Fonds 488 des Archives nationales d’Albanie regroupe aujourd’hui plus de cent manuscrits grecs dont la copie s’étend du VIème au XXème siècles. L’ensemble de cette riche collection, très peu étudiée et très peu décrite, comprend principalement des textes bibliques, patristiques, liturgiques et hagiographiques. Tous témoignent d’une présence byzantine forte dans cette partie de l’Europe. Trente-neuf manuscrits du Fonds 488 ont été numérisés dans les années 2010 par une équipe américaine (The Center for the Study of New Testament Manuscripts, http://www.csntm.org/), mais la grande majorité des manuscrits, leur contenu et leur histoire, reste encore à découvrir.

AQSh, Fonds Kodikët e Shqipërisë 488, Dosjes 34, ff. 20v-21r © Arkivi Qendror i Shtetit të Republikës së Shqipërisë, Tiranë

La première de ces journées d’étude réunissait scientifiques et archivistes de la République du Kosovo et de la République d’Albanie sur le thème des archives et documents d’histoire dans le passé récent de cette région: « Arkivat dhe puna arkivore në trevat e shqiptarëve në shek. XX – XXI ». Cette journée, divisée en trois sessions, nous a offert l’opportunité de présenter une communication sur notre travail d’identification et d’enregistrement des manuscrits grecs dans les archives nationales albanaises: « Exploring the Albanian National Archives from All Sides : How Research Uses Archival Work ? ». Nous avons ainsi montré toute la difficulté à identifier aujourd’hui, en 2017, les manuscrits décrits à la fin du XIXème siècle alors que, au terme de notre mission, nous avons pu identifier avec certitude tous les manuscrits grecs consultés par Johannes Koder et Erich Trapp en 1965.

La seconde journée d’étude, organisée par le Ministère albanais des Affaires Étrangères (Ministria e Punëve të Jashtme), l’Ambassade de France à Tirana et l’Agence Universitaire de la Francophonie, a mis l’accent sur les relations historiques et diplomatiques entre la France et l’Albanie, de l’année 1912, date de la proclamation de l’indépendance de l’Albanie, à nos jours (https://al.ambafrance.org/Conference-sur-les-relations-historiques-et-diplomatiques-entre-la-France-et-l). Pour les historiens des manuscrits, cette période est cruciale puisque nous savons qu’après la visite de Monseigneur Pierre Batiffol à Bérat en 1885 aucun autre visiteur occidental ne se rendra en Albanie avant 1965, date de la visite de deux étudiants autrichiens mentionnés ci-dessus, Johannes Koder et Erich Trapp. L’ensemble des communications présentées a mis en lumière une singularité des relations franco-albanaises: la pérennité des liens diplomatiques entre les deux pays, même aux heures les plus sombres de la dictature d’Enver Hoxha. Malgré cela, dans notre domaine de spécialité, aucune recherche d’importance n’a jamais été menée sur les manuscrits grecs.

Ces deux journées d’étude ont donc souligné la pérennité d’un lien francophone fort avec cette région des Balkans où la recherche paléographique, codicologique et textuelle peut à nouveau s’exercer et s’inscrire dans la continuité du travail des historiens. Le Professeur Ardit Bido, Directeur des Archives nationales d’Albanie (http://www.albarchive.gov.al/), a bien montré par les deux communications qu’il a présentées à chacune de ces journées d’étude, combien l’Albanie était attentive à la recherche des documents d’histoire sur son sol. Dans notre domaine de compétence, nous avons aussi voulu souligner l’importance de tous les documents d’histoire, byzantins et post-byzantins, dont l’Albanie est aujourd’hui dépositaire. Notre récente consultation, à Paris, des documents officiels de l’UNESCO – qui ont conduit cet organisme international à considérer deux manuscrits grecs de grand luxe, aujourd’hui à Tirana, comme patrimoine mondial de l’humanité – nous fait plaider pour une véritable reconnaissance internationale de la totalité de cette collection riche et cohérente qui doit être préservée dans les conditions d’un pays moderne au sein des États européens.

Luc Brogly, correspondant scientifique à l’IRHT
Didier Lafleur, IRHT-Section grecque


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *